Aller au contenu principal

Grippe aviaire : niveau de risque relevé pour certains secteurs

La détection de cas d’influenza aviaire en Europe requalifie en "élevé" le niveau de risque dans certaines communes franciliennes.

Des cas d’influenza aviaire hautement pathogène (H5N8) ont été détectés chez les oiseaux sauvages et dans des élevages commerciaux en Hongrie, en Pologne, en Allemagne, en Croatie, aux Pays-Bas, au Danemark et également autour du lac de Constance, à la frontière entre la Suisse, l’Allemagne et l’Autriche.

Le virus a également été détecté en Israël.

Cette situation a conduit l’administration à relever le niveau de risque pour la France tel que prévu par l’arrêté du 16 mars 2016 relatif aux niveaux du risque épizootique, en raison de l’infection de l’avifaune par un virus de l’influenza aviaire hautement pathogène et aux dispositifs associés de surveillance et de prévention chez les volailles et autres oiseaux captifs.

Les zones à « risque particulier » concernent soixante-dix-sept communes en Seine-et-Marne, situées dans la vallée de Seine et, neuf communes dans le département des Yvelines et une commune dans le Val-d’Oise*.

En plus des mesures prévues dans l’arrêté du 16 mars 2016, d’autres  mesures complémentaires dans la note de service de la DGAL (Direction générale de l’alimentation) du 18 novembre 2016, sont applicables dans les zones « à risque particulier » (niveau risque élevé).

Ces mesures sont : claustration des volailles et autres oiseaux captifs ou leur protection par filet chez les élevages non commerciaux (particuliers), réduction des parcours de sorte que soit évitée la proximité des points d’eau naturels, cours d’eau ou mares, et interdiction de rassemblements sur les zones à risque particulier et interdiction de participation à des rassemblements pour les oiseaux provenant de ces zones.

Néanmoins, il est possible de demander des dérogations pour ces trois mesures.

Les mesures relatives à la faune sauvage portent sur quatre points : lâchers de pigeons interdits depuis les zones à risque élevé vers les zones à risque modéré, ou des zones à risque modéré vers les zones à risque élevé, compétitions de pigeons voyageurs interdites, interdiction de tout transport d’appelants pour la chasse au gibier d’eau vers ou issus de ces zones et transport et lâcher de gibier à plumes depuis ou à destination d’un site de détention situé en zone à risque élevé interdits.

À ce jour, aucun épizootie, ni pandémie n’est à signaler. Ce sont des mesures préventives, destinées à limiter le risque de propagation. Il est important de le rappeler dans tout discours vers le grand public.

Face à ce contexte sanitaire à risque, les principaux signes d’alerte qui doivent inciter à appeler un vétérinaire, sont les suivants : pour les petits élevages (mois de cent oiseaux) une augmentation inexpliquée de mortalité ou symptômes de maladie grave Et pour les autres élevages : hausses de mortalité de plus de 4 % ou plus basses mais continues, baisses de consommation de plus de 50 % sur une journée ou plus de 25 % par jour de la consommation d’eau ou d’aliment, chute de ponte de plus de 15 % sur une journée ou plus de 5 % par jour sur 3 jours consécutifs.

Parmi les mesures de prévention préconisées : limiter les contacts avec les oiseaux sauvages y compris via les sources de nourriture et d’abreuvement et les appelants, ne pas utiliser les eaux de surface pour le nettoyage des bâtiments et matériels d’élevage, abreuver et alimenter les volailles à l’intérieur des bâtiments, désinfecter matériel en contact avec d’autres élevages.

La maison de l’élevage Ile-de-France conseille de se renseigner régulièrement sur l’évolution de la situation. Contacter Ahcène Boukaïba : 01.64.79.30.12 ou 06.86.49.96.20 ou consulter le site internet : www.elevageidf.fr.

*Communes situées dans la zone à risque particulier : en Seine-et-Marne, Avon, Baby, Balloy, Barbey, Bazoches-les-Bray, Bois-le-Roi, Bray-sur-Seine, La Brosse-Montceaux, Cannes-Ecluse, Chalautre-la-Petite, Chalmaison, Champagne-sur-Seine, Chartrettes, Le Châtelet-en-Brie, Châtenay-sur-Seine, Courcelles-en-Bassée, Donnemarie-Dontilly, Moret-sur-Loing et Orvanne, Egligny, Esmans, Everly, Féricy, Fontainbleau, Fontaine-Fourches, Fontaine-le-Port, Forges, La Genevraye, Gouaix, La Grande-Paroisse, Gravon, Grisy-sur-Seine, Gurcy-le-Châtel, Hericy, Hermé, Jaulnes, Jutigny, Laval-en-Brie, Livry-sur-Seine, Luisetaines, Machault, Marolles-sur-Seine, Melz-sur-Seine, Misy-sur-Yonne, Mons-en-Montois, Montereau-Fault-Yonne, Montigny-le-Guesdier, Montigny-Lencoup, Montigny-sur-Loing, Mousseaux-les-Bray, Mouy-sur-Seine, Noyen-sur-Seine, Les Ormes-sur-Voulzie, Paroy, Passy-sur-Seine, Saint-Germain-Laval, Saint-Mammes, Saint-Sauveur-les-Bray, Salins, Samois-sur-Seine, Samoreau, Sigy, Sivry-Courtry, Soisy-Bouy, Sourdun, Thenisy, Thomery, La Tombe, Varennes-sur-Seine, Vaux-le-Pénil, Veneux-les-Sablons, Vernou-la-Celle-sur-Seine, Villenauxe-la-Petite, Ville-Saint-Jacques, Villiers-sur-Seine, Villuis, Vimpelles, Vulaines-sur-Seine. Dans les Yvelines : Bennecourt, Bonnières sur Seine, Freneuse, Gommecourt, Guernes, Mericourt, Moisson, Mousseaux-sur-Seine, Rolleboise. Dans le Val d’Oise : La Roche-Guyon.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité