Aller au contenu principal

Groupama Paris Val-de-Loire : « Féminiser, rajeunir et diversifier »

Agricultrice à Bazoches-les-Bray (Seine-et-Marne), Laurence Benoit préside le groupe de travail féminisation, une émanation de la commission institutionnelle de Groupama Paris-Val-de-Loire.

Horizons : Pourquoi avoir créé un groupe de travail féminisation au sein de la caisse régionale Groupama Paris-Val-de-Loire ?

Laurence Benoit : Elle a pour objectif de féminiser les conseils d’administration des caisses locales. Un premier groupe de travail s’est mis en place dès 2012-2013, sous la présidence de Monique Régnault. La rédaction d’une charte, « Elues au féminin », distribuée lors des assemblées générales, a donné une première impulsion au mouvement. En prenant la succession de Monique Régnault en 2015, j’ai souhaité développer la mixité. Trois hommes ont ainsi intégré le groupe, ce qui apporte une dynamique nouvelle et un autre regard.

En 2016, des intercaisses au féminin ont été mises en place. De quoi s’agit-il ?

Cet événement consiste en une rencontre des administratrices de la fédération afin de débattre de l’engagement au féminin. Ainsi dans chacune des huit fédérations constituant Paris-Val-de-Loire, des intercaisses ont eu lieu en présence de témoins femmes venues donner leur point de vue sur leur parcours. En Ile-de-France, Sylvie Quingnon, entrepreneur et ancienne cadre supérieure chez Nestlé, a témoigné. En Seine-et-Marne, c’est Valérie Lacroute qui a présenté son parcours. Toutes ces femmes, qui ont allié plus ou moins facilement vie privée et vie professionnelle, ont apporté un autre regard aux administratrices présentes. Nous devons déclencher l’intérêt des femmes issues de nos trois marchés - agriculture, particuliers, artisans commerçants -, en leur donnant envie de venir. Sophie Dancygier a présenté la fondation pour la santé de Groupama, une thématique qui touche majoritairement les femmes.

Quels sont vos objectifs ?

Dans l’ensemble de Groupama Paris-Val-de-Loire, on compte cinq cents femmes au sein des conseils d’administration, soit environ 20 % des administrateurs. L’idée serait de doubler ce nombre. Dans un premier temps, nous devons transformer l’essai des intercaisses, les femmes ont besoin de se retrouver. On peut aussi s’appuyer sur des outils existants comme le réseau Granvillage dont le leitmotiv est « J’agis où je sui ». Groupama Paris Val-de-Loire a une réelle volonté de féminiser, rajeunir et diversifier ses conseils d’administration. D’ailleurs, lors des trois réunions annuelles des caisses locales, un sujet non agricole au minimum sera traité.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Zoom sur l'association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire
Marie-Christine Ligouis est présidente de l’association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire. Elle nous raconte l’histoire…
Publicité