Aller au contenu principal

Guyaume Vollet, sonneur de talent

Sonneur depuis son plus son plus jeune âge, Guyaume Vollet, multi-champion international de trompe, transmet sa passion pour la trompe de chasse avec une pédagogie en constante évolution.

Passionné par la trompe de chasse, Guyaume Vollet a à cœur de faire découvrir cet instrument traditionnel et son environnement.

«  Tout le monde est capable de sonner, assure le trentenaire cinq fois champion international. Je veux ouvrir cet art à un public le plus large possible  ».

Classé depuis 2015 au patrimoine culturel immatériel de France, l’art de sonner de la trompe a évolué au fil du temps, s’affranchissant de la vénerie et trouvant sa place dans le monde musical.

«  Sonner capte l’attention des plus jeunes et réveille les sens des personnes plus âgées, poursuit-il. Tout le monde a la capacité de réussir  : une oreille ça se travaille, on finit toujours par y arriver. Il faut de la volonté et beaucoup de passion pour atteindre le plus haut niveau. Mon objectif, c’est que tous ceux qui ont envie de pratiquer cet instrument de style baroque réussissent  ».

Guyaume Vollet a débuté la trompe à l’âge de huit ans lors de chasses à courre en forêt d’Orléans.

«  Un jour, un ami de mes parents m’a dit ‘‘si tu veux bien chasser il faut bien sonner, j’ai donc commencé à prendre des cours à l’âge de 9 ans pour me perfectionner, se souvient le Loirétain. Ça m’a tout de suite plu et je m’y suis mis à fond  ».

Le talentueux jeune homme a vite fait ses preuves en se classant 1er au championnat de France et international de trompes en 2007 à Châteauroux. Alors seulement âgé de 18 ans, il a aussi battu le record du plus jeune titré.

«  Ma sœur est violoniste, l’environnement familial a favorisé mon goût pour la musique, précise-t-il. Mais, si on veut réussir les concours, la trompe c’est 100  % de travail. Pour qu’un morceau soit parfait il faut le travailler  ».

Issu d’une fratrie de huit enfants, le sonneur donne une grande place à l’humain et au partage. «  J’adore partager ma passion, que ce soit la trompe, mais aussi la nature, la chasse… Aujourd’hui, il est naturel d’enseigner pour moi, mais ça n’a pas toujours été le cas  », reconnaît-il.

Croulant sous les demandes de cours, le musicien expérimenté a saisi l’opportunité de devenir directeur musical et ambassadeur de «  Des trompes et vous  » en 2014 et ainsi réussir à faire de sa passion son métier.

Entre les cours particuliers, les stages, le travail en école, Guyaume prend aussi le temps d’approfondir sa vision de la trompe et sa manière de l’enseigner au travers d’un ouvrage qui doit améliorer l’apprentissage de ses élèves.

Lui qui affirme que lorsque l’on «  se professionnalise, on est obligé d’être bon  » s’est fixé comme objectif en 2020 d’aller chercher une 6e place de champion international, lors de la fête de la Sange à Sully-sur-Loire en septembre prochain.

Doriane Mantez

Souvenir de la fête de la Sange 2019 :

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Publicité