Aller au contenu principal

Gwenaëlle Sagot, ou épurer avec les plantes

Installée dans le Perche en Eure-et-Loir, Gwenaëlle Sagot a changé d'orientation professionnelle pour se lancer dans la phytoépuration.

Quoi de plus prosaïque qu\'une fosse septique  ? Pour mettre un peu de poésie dans les systèmes d\'épuration, rien ne vaut des roseaux et quelques fleurs. Gwenaëlle Sagot en est intimement convaincue.

Installée à Saint-Denis-d\'Authou, dans le Perche eurélien, elle a monté son entreprise, O\'Claire, il y a quelques mois, à la veille du confinement général. Et son bureau d\'études propose désormais aux particuliers ou aux professionnels, comme ceux de l\'agriculture par exemple, l\'installation de jardins d\'assainissement de la marque Aquatiris, basés sur les principes de la phytoépuration.

«  J\'ai un parcours atypique, prévient-elle avec un large sourire que son masque ne parvient pas à dissimuler. Pendant quinze ans, j\'ai été directrice d\'un Centre social. Au fil du temps, cette structure a évolué et au bout d\'un moment, je ne m\'y retrouvais plus... Par ailleurs, mon mari est installé ici comme paysagiste et il y a quelques années nous avions construit nous-même notre réseau d\'assainissement avec la phytoépuration. J\'ai entrepris une formation interne avec Aquatiris. C\'est vrai que je ne me suis pas dit, adolescente, que j\'allais me lancer là dedans...  ».

«  Le côté écologique du système m\'a conquise. C\'est durable et il n\'y a pas d\'entretien hormis couper les tiges. Le système utilise le terrain pour fonctionner. Un seul inconvénient, c\'est plus cher qu\'un système classique. Mais seulement au départ  : à long terme, il n\'y a plus d\'entretien à faire régulièrement. Un tiers du coût est lié aux matériaux et donc il existe une disparité selon les régions. Le reste, à la réalisation — terrassement, étanchéité, remplissage — et donc au temps de main-d\'œuvre  ».

Son rôle consiste, avec le client, à réaliser l\'étude de terrain en amont pour déterminer l\'emplacement du jardin d\'assainissement  : «  Ça se joue entre les contraintes et l\'esthétique. Il faut l\'éloigner des arbres et de la maison, il y a des règles en fonction du nombre d\'habitants par exemple  », explique-t-elle.

C\'est le Spanc* qui fixe les contraintes. L\'étude préalable qu\'elle réalise lui est envoyée pour accord, il ne peut pas refuser mais peut demander des ajustements. Les travaux, réalisés par l\'une des cinq entreprises labellisées de son réseau en Eure-et-Loir, peuvent commencer.

«  Mais on peut aussi le faire en autoconstruction. Je me charge alors de l\'étude préalable, des démarches auprès du Spanc* et de l\'accompagnement sur les aspects techniques. Un tiers de mes clients le font de cette manière  ». Et glissent un peu de poésie, là où il n\'y en a pas...

Hervé Colin

*Service public d\'assainissement non collectif

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Publicité