Aller au contenu principal

Hélène Ragot, joaillière inspirée

Hélène Ragot a installé son atelier et sa boutique à Anet. Elle y crée des bijoux simples et élégants et transforme aussi ceux qu’on lui apporte.

« Je ne regarde pas ce qui est à la mode, je vois le métal et les pierres que j’ai et je crée au feeling. »
« Je ne regarde pas ce qui est à la mode, je vois le métal et les pierres que j’ai et je crée au feeling. »

Vendre des destinations touristiques ne la faisait plus voyager... Aussi, il y a quelques années, Hélène Ragot a décidé de se reconvertir dans la joaillerie : « Je fais des bijoux depuis que je suis toute petite et, à Tahiti, j’ai découvert la perle. C’est là que j’ai commencé à faire des choses un peu plus chic », explique-t-elle. L’idée fait son chemin, elle quitte son emploi pour entrer dans une école de bijouterie à Saumur (Maine-et-Loire). Elle y obtient son CAP puis son Brevet des métiers d’art et apprend son nouveau métier dans le cadre d’un contrat de professionnalisation.
Une cabane au fond du jardin
« Ensuite, pendant trois ans j’ai travaillé dans une cabane au fond de mon jardin, ce n’était pas idéal, j’avais atteint la limite dans tous les sens et j’avais besoin de plus de visibilité. Il fallait que je m’installe », souligne-t-elle. Ce sera chose faite fin 2017. À Anet, Hélène Ragot dégote un local et y installe atelier et boutique, tout près du château. Là, elle dispose de tout ce qu’il faut pour emboutir, marteler, étirer, mettre en forme ses créations en métal précieux (or, argent, platine). Des pièces à son image : fines, simples et élégantes. « Je ne regarde pas ce qui est à la mode. On voit des formes partout et ça ressort en bijoux. Souvent, je vois le métal et les pierres que j’ai et je crée au feeling ».
Mais la joaillière anétaise passe aussi beaucoup de temps dans son atelier à transformer les bijoux qu’on lui apporte : « Les gens ont des bijoux de famille auxquels ils tiennent mais qu’il faut remettre à la bonne taille ou moderniser. Parfois ils veulent dessertir des pierres pour les mettre sur une autre pièce. D’autres souhaitent un bijou original. Je fais du sur-mesure », pointe-t-elle. Et si cette activité l’occupe beaucoup, au point qu’elle a du mal à garnir ses vitrines de ses créations : « C’est toujours différent, les demandes sont variées et on sent qu’il y a un besoin de retour vers des productions artisanales, plus durables, qui restent et se transmettent ».

Hervé Colin

Biographie

11 mai 1980 : naissance à Paris.
Été 2014 : diplôme de bijouterie et naissance de sa fille.
4 novembre 2017 : ouverture de son atelier « Hélène R » à Anet.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité