Aller au contenu principal

Henri Chapon, sommelier du monde

Sommelier, Henri Chapon a travaillé à Monaco, en Angleterre et a visité tous les vignobles du monde. Nous vous faisons découvrir son parcours.

« J’ai passé un BEP au lycée hôtelier de Blois en 1986, raconte Henri Chapon. Ensuite, j’ai travaillé comme saisonnier et j’ai effectué mon Service national. En 1988, j’ai intégré le Grand-Hôtel de Monte-Carlo. J’étais serveur et j’ai commencé à m’intéresser à la sommellerie. Ainsi, j’ai remporté le concours du Meilleur jeune sommelier de Monaco  ».

L’intéressé se constitue un carnet d’adresses et, en 1991, «  saisissant une formidable opportunité  », il rejoint l’Angleterre comme chef sommelier au Manoir aux Quat’Saisons, à Oxford. «  J’ai contacté Gérard Basset, Meilleur sommelier de Grande-Bretagne et du monde. Il a vu en moi quelqu’un de volontaire et m’a permis d’avoir le poste.  » Notre interlocuteur a travaillé dans cet établissement pendant cinq ans.

Henri Chapon devient Meilleur sommelier de Grande-Bretagne et passe l’examen du Master sommelier, une sorte d’équivalent britannique du concours du Meilleur ouvrier de France. En parallèle, il suit une formation de deux ans en alternance au sein d’un organisme nommé WSET (Wine and spirit education trust, NDLR), de réputation mondiale. Le Français obtient l’équivalent d’une licence de connaissance et de commercialisation des vins.

En 1997, le sommelier ouvre un établissement pour le compte du groupe Hotel du Vin, deuxième de son secteur outre-Manche. Gérard Basset était un associé du groupe. Henri Chapon y a travaillé dix ans, finissant directeur de la restauration. L’intéressé avait trois cent cinquante personnes sous sa responsabilité.

«  En 2008, suite à la récession que traverse l’Angleterre, je reviens en France mais cela était aussi un objectif  », indique Henri Chapon. De poursuivre  : «  Outre-Manche, le monde du vin est plus ouvert qu’en France car on travaille avec des vins du monde entier. Vendeurs et distributeurs se connaissent et les deux parties doivent être gagnantes de la relation d’affaires  ».

Pendant quelque temps, notre interlocuteur a été associé chez Franck-Thomas Formation, à Antibes (Alpes-Maritimes), apportant son expertise britannique de la sommellerie et de la viticulture. En 2019, l’intéressé a revendu ses parts. Depuis, il travaille comme indépendant, effectuant des missions pour l’Organisme de défense et de gestion Touraine, etc.

Le professionnel décrit sa vision du métier de sommelier  : «  Être à l’écoute de la clientèle, connaître les vins qu’on vend et ne pas vendre uniquement ce qu’on aime. (…) Une belle vente n’est pas la plus chère mais celle qui convient au client. Progressivement, celui-ci monte en gamme par fidélisation. (…) Des écoles forment au métier de sommelier. Mais on n’y apprend que la théorie. Par conséquent, il faut s’adapter à l’établissement dans lequel on exerce. Des gens se découvrent aussi une passion et, en travaillant dur, y arrivent. Les concours donnent un niveau lorsqu’on n’a pas suivi d’études  ».

Henri Chapon poursuit  : «  J’ai visité tous les vignobles du monde  : Afrique du Sud, Chili, Californie, Argentine, etc. La réglementation y est plus souple qu’au sein de l’Union européenne. Un nom ne signifie rien. La qualité prime. Les vignerons sont de vrais amoureux  ! En France, nous sommes limités par les appellations, etc. À l’extérieur de l’Union européenne, on peut planter ce qu’on veut. D’où des coûts inférieurs et des volumes à qualité constante, peu influencée par les millésimes. La France offre une authenticité. Mais, pour les affaires, une continuité est nécessaire  ».

Parmi les vins les plus chers du monde, outre les produits du vieux continent, on trouve notamment des vins californiens. Des concurrents directs pour les producteurs de nos terroirs.

Olivier Joly

Les plus lus

Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Vincent Michelet montre la graine au stade «	germée 2 cm	» dont raffolent les corbeaux.
Appel aux agriculteurs pour réclamer une indemnisation des dégâts de corvidés
En juin, de nombreux agriculteurs constatent, comme à l'accoutumée, que les corbeaux et autres corvidés ont fait des semis leurs…
Le 13 juin, à Châteaudun. L'irrigation est un sujet important mais les animaux sont indispensables à la réussite de Plus belle la campagne.
Plus belle la campagne apporte l'irrigation à Châteaudun
Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir a organisé son opération Plus belle la campagne le 13 juin à Châteaudun, autour du thème de l'…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Publicité