Aller au contenu principal

i-grec, la belle histoire qui continue

La jeune start-up francilienne qui produit des yaourts à la grecque va s’agrandir en s’installant dans de nouveaux locaux, tout en restant fidèle à son savoir-faire artisanal.

Les trois entrepreneurs dans leur nouveau laboratoire aux Alluets-le-Roi posent devant l’une des nouvelles machines : une empaqueteuse de 46000 euros.

C’est une belle histoire qui est loin d’être terminée. En lançant i-grec en novembre 2014, un yaourt à la grecque 100 % francilien, Benoît et ses deux co-entrepreneurs ne se doutaient pas du succès de l’aventure.

En tablant sur des ingrédients locaux simples et de qualité et en adaptant la recette d’un artisan de Brisbane (Australie), ils ont fabriqué l’an dernier 18 tonnes de pots dans ce qui n’était jusque-là qu’un garage de 50 m2.

Succès aidant, la start-up, qui a glané de nombreuses récompenses dont une médaille d’or au concours général agricole en février 2015, est en train de grandir.

Elle va quitter Bouafle pour s’installer en septembre dans de nouveaux locaux aussi spacieux que modernes dans la zone artisanale du Moulin de Capignard aux Alluets-le-Roi.

200 m2 de laboratoire et 50 m2 de bureaux qui impliquent une mise aux normes sanitaires.  

Cela devrait permettre à la structure de prospérer, le tout pour un investissement global de 350 000 euros, nouvelles machines (dont une empaqueteuse de 46 000 euros HT) et camion de livraison compris.

« En parallèle de la production, nous développons une activité de distribution de nos produits sur les marchés franciliens. Outre ces produits, l’idée est de proposer un concept plus large et plus complet vantant d’autres productions locales en circuit court, allant de l’épicerie sèche à l’épicerie fraîche avec des fromages mais aussi des biscuits, du miel  », précise Maximilien, l’un des entrepreneurs. 

Tout en travaillant sur une nouvelle gamme de yaourt, i-grec compte également se pencher en fin d’année sur des productions annexes dont le riz au lait et la mousse au chocolat, toujours en vantant un approvisionnement local si possible en Ile-de-France : ainsi les œufs viendront d’un producteur du Val-d’Oise et le chocolat sera torréfié par Cacao Barry à Hardricourt (Yvelines), près des Mureaux.

Avant de parvenir à leurs fins, les entrepreneurs ont essuyé trois refus de leur dossier de financement avant qu’une banque ne leur fasse confiance.

Ils ont lancé auprès de leurs consommateurs une campagne de financement participatif sur Ulule : un petit coup de pouce pour faire partager leurs valeurs et qui devrait financer un peu de communication et peut-être même l’embauche prochaine d’un salarié. 

Vous pouvez aussi retrouver i-grec sur Facebook, Twitter, par mail à cette adresse : flavien@i-grec.fr et par téléphone à ce numéro : 06.68.76.42.06.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité