Aller au contenu principal

Enseignement
« Il faut valoriser les métiers agricoles et du vivant »

Yves Guy est directeur de l'Établissement public local de formation professionnelle agricole (Eplefpa) de Saint-Germain-en-Laye/Chambourcy (Yvelines).

Horizons : Éprouvez-vous des difficultés à convaincre les élèves de s'inscrire dans les cursus de vos établissements ?

Yves Guy, directeur de l'Eplefpa de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines).

Yves Guy : Il est vrai que ce que l'on entend aujourd'hui de la situation économique des agriculteurs ou des horticulteurs n'est pas très motivant. De plus, les familles de nos élèves ne font pas toujours le lien entre le dérèglement climatique, dont on parle beaucoup, et les métiers « verts » auxquels nous les préparons. Pourtant, il est clair que sans ces métiers de « production du beau et du bon », nous allons vivre beaucoup moins bien qu'avant. Un exemple : nous importons aujourd'hui la moitié de nos fruits et légumes, notamment du pourtour méditerranéen. Avec le réchauffement climatique, ces pays ne pourront peut-être plus nous fournir. Que doit-on faire ? Continuer à importer de pays encore plus lointains comme le Brésil ? Ou trouver des solutions : réutilisation des eaux usées, création d'une nouvelle ceinture verte autour de Paris, développement de l'agriculture urbaine et péri-urbaine, etc.

Comment accompagnez-vous vos élèves dans ces évolutions ?

Dans notre cursus de production végétale comme dans le cursus d'horticulture, nous pouvons garder les élèves pendant cinq ans, de la seconde au BTS. Nous proposons aussi des CAP en apprentissage ou le BPREA (Brevet professionnel responsable d'entreprise agricole). Outre l'apprentissage des savoir-faire techniques indispensables, nous accompagnons nos élèves pour qu'ils ne sentent pas isolés du reste de la société, qui n'est souvent plus issue du milieu agricole. Ils deviennent ainsi non seulement de bons techniciens, mais aussi de bons ambassadeurs de nos métiers. Revenons aux tomates : il faut expliquer aux citadins qu'elles ne poussent pas toutes seules, que leur croissance nécessite du soin et des prises de risques (financières, météorologiques, etc). Il faut valoriser nos métiers.

Les élèves trouvent-ils facilement des débouchés dans ces métiers ?

Ce sont des filières qui recrutent ! Dernièrement, la mairie de Saint-Germain-en-Laye avait de grandes difficultés à trouver des arboristes. Et cette tendance va s'accentuer. On aura besoin de gens qui savent comment « verdir » la ville. Le tout béton, c'est fini. Un appartement en centre-ville ne vaudra plus rien s'il n'y a pas de square à proximité pour éviter les phénomènes de bulles de chaleur. Historiquement, on verdissait les villes parce que c'était agréable et joli. Désormais, c'est un enjeu vital. Nos élèves issus de nos filières production végétale, horticulture ou encore aménagement disposent de compétences nécessaires dans un tel contexte.

Cet article fait partie d'un dossier Enseignement

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité