Aller au contenu principal

Ils font des économies en laissant pâturer leurs vaches

En laissant pâturer leurs vaches, Jean-Pierre Lemaire et Laurent Merelle font des économies. C’est le résultat d’une étude menée par le programme Herbe et fourrages de la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher.

Le 30 octobre, à Romilly. Les producteurs échangent leurs expériences sur le pâturage.
Le 30 octobre, à Romilly. Les producteurs échangent leurs expériences sur le pâturage.

« Les vaches ont d’abord un tiers de la parcelle, puis les deux-tiers et enfin, la totalité, explique Élodie Mauller, conseillère à la chambre d’Agriculture. Elles restent trois jours par parcelle donc on y revient tous les vingt et un jours. » Ce système permet d’avoir une herbe de bonne qualité et d’améliorer la productivité. Jean-Pierre Lemaire, participant à l’étude menée par le programme Herbe et fourrages de la chambre d’Agriculture, a lâché ses vaches toute l’année entre mars et septembre. « Il n’y a qu’une journée en août où je n’ai pas pu le faire. C’est exceptionnel. »

Sur l’exploitation Merelle, à Romilly, une dizaine de producteurs sont venus le 30 octobre écouter les résultats de cette étude menée sur deux ans, et les questions étaient nombreuses : sur les frais vétérinaires, le temps de travail, les économies. « Cette gestion stricte du pâturage est une autre façon de travailler », précise Laurent Merelle. Les résultats de l’étude montrent des économies de concentrés de l’ordre de cinq tonnes par rapport à 2012 chez Jean-Pierre Lemaire, ainsi qu’une économie de la tonne de lait d’environ vingt euros. « Sur trois mois, on peut faire des économies substantielles », ajoute Gilles Dufoix, conseiller grandes cultures à la chambre d’Agriculture.

Des points restent encore à améliorer, notamment sur la question des refus mais grâce au suivi de la chambre d’Agriculture, ces agriculteurs bénéficient de conseils afin d’optimiser leur travail. Une demande de financements jusqu’en 2018 a été faite auprès du conseil général pour la poursuite de l’étude. Les discussions sont en cours mais, déjà, les élus seraient conscients que rien n’a été fait sur l’herbe jusqu’à aujourd’hui et ils seraient prêts à accompagner le dispositif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

À Paris, jeudi 28 avril. Animée par Sandrine Corman, la convention Groupama était présidée par Jean-Christophe Mandard (à g.) et Laurent Bouschon.
Exercice 2021 contrasté pour Groupama Paris-Val de Loire
La caisse régionale de Groupama Paris-Val de Loire a tenu sa grande convention annuelle jeudi 28 avril à la Philharmonie de Paris.
Le 28 avril, à Gallardon. Les acteurs de la filière lin oléagineux se sont retrouvés dans les champs, pour suivre différents ateliers.
La filière lin oléagineux se retrouve à Gallardon
Valorex, Semences de France et Lin 2000 ont organisé le 28 avril une rencontre à Gallardon, à l’occasion de la Journée nationale…
Comice : rendez-vous à Morée les 21 et 22 mai
Cette année, le comice agricole aura lieu les 21 et 22 mai dans le Vendômois, à Morée.
L'observation de la structure d'une motte de terre est une étape primordiale.
L’implantation du colza 2022-2023 se travaille dès maintenant
L'implantation du colza 2022-2023 se réfléchit dès maintenant. Il est important de prendre en compte plusieurs facteurs pour le…
Jeudi 5 mai, à Theuville. AC Négoce Coupé a invité ses clients à se retrouver autour d'un événement consacré au colza.
Le colza dans tous ses états avec AC Négoce Coupé
AC Négoce Coupé a organisé un événement autour de la culture du colza le 5 mai à Theuville. L'occasion d'une revue d'effectif et …
François-Xavier Rone devant son enrouleur.
La pluie se fait attendre
Depuis le début de ce mois de mai, l’inquiétude grandit dans le monde agricole. L’eau se fait attendre et les fortes chaleurs…
Publicité