Aller au contenu principal

Magazine
Isabelle et Valérie, les bienfaisantes

Amies dans la vie, Isabelle et Valérie ont aussi décidé de s'associer au travail. Fin 2020, elles se sont lancées dans la production de légumes lacto-fermentés sous le nom des Bienfaisantes.

© M.G

Prenez des légumes locaux et de saison, transformez-les en légumes lacto-fermentés mariés de façon astucieuse avec des épices et des aromates, conservez le tout au frais afin de garder la vitalité des légumes en évitant la pasteurisation. Vous obtenez un « super-aliment » qui renferme une importante quantité de nutriments, vitamines et probiotiques et que proposent, depuis près d'un an, Isabelle et Valérie, sous le nom des Bienfaisantes.

À l'origine pourtant, tout les sépare. Isabelle Allezy est fille d'agriculteurs euréliens. Élevée à la ferme, elle a « grandi avec les légumes du potager » et a suivi des études de biologie végétale avant de travailler pour un semencier. Valérie Mel est, elle, plutôt une fille de la ville. Son univers, c'est Paris et son métier d'avocate en droit de la santé, qu'elle a exercé pendant quinze ans. Et puis, en 2020, alors qu'elles se connaissent depuis quelques années via une association de potagers, les deux femmes souhaitent donner une autre tournure à leur vie professionnelle. « Plus de sens, plus d'actions, l'envie d'entreprendre… », résument celles qui, à peine l'idée des légumes lacto-­fermentés émise, ont candidaté au Sprint, un programme d'accompagnement proposé par le Parc naturel régional de la Haute vallée de Chevreuse.

« Notre idée a remporté de suite l'adhésion, sourient les entrepreneuses. Les légumes lacto-fermentés souffrent d'une image vieillotte et un peu austère en termes de goût. Nous sommes de vraies épicuriennes et il est hors de question de se forcer à consommer des aliments sous prétexte que cela est bon pour la santé, car cela ne tient qu'un temps. Nous avons créé des recettes fraîches et savoureuses qui peuvent facilement s'intégrer dans notre alimentation quotidienne ».

Quatre recettes — toutes labellisées Île-de-France Terre de saveurs et bio — sont nées pour le moment : carotte-ail-cumin, chou blanc-­citron-gingembre, betterave-graines de coriandre et « ­Kimchic » en rapport avec le met traditionnel coréen kimchi à base de chou lacto-fermenté et de piment. Toutes les recettes sont établies avec des légumes issus de la production maraîchère bio de Xavier Dupuis, installé aux Mureaux (Yvelines), et les produits sont distribués dans les épiceries fines et magasins bio locaux tels que la Jardinerie de Chevreuse, le Comptoir du vrac à Rambouillet ou la Bergerie nationale. « Nous tenons beaucoup à cet aspect local de la récolte à la distribution », insistent les deux jeunes femmes qui ont entamé des travaux dans un local de Rambouillet afin d'y installer leur futur laboratoire de production. À l'avenir d'autres recettes verront le jour, comme des tartinables ou des bâtonnets apéro « pour continuer à démocratiser le légume lacto-fermenté ». Les deux entrepreneuses prévoient aussi des ateliers pour apprendre aux amateurs à faire eux-mêmes leurs légumes. Un site Internet est également en cours de création ­(www.­lesbienfaisantes.com) où figureront des recettes pour intégrer les lacto-fermentés à l'alimentation de tous les jours.

Dates

Novembre 2020 : naissance du projet.
Janvier 2021 : début de la ­production.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité