Aller au contenu principal

Portrait
Jacques Lecomte, le bois dans l'âme

Ancien menuisier-charpentier, Jacques Lecomte s'adonne désormais à sa passion, le tournage sur bois, et tire de magnifiques objets de toutes les matières possibles.

Installé dans son petit atelier niché dans le bas de son pavillon, au cœur du village de Tréon, dans le Thymerais eurélien, Jacques Lecomte se livre depuis qu'il est à la retraite à une passion dévorante, le tournage sur bois.

Et celle-ci ne date pas d'hier : « Avant, j'étais menuisier-charpentier. Dans l'entreprise où j'ai commencé à 14 ans, il y avait le patron, un compagnon et moi, l'arpette. Nous faisions beaucoup de bois tourné mais il n'y avait que le patron qui avait le droit de toucher au tour, c'était son truc à lui, son jouet. Moi j'y voyais quelque chose de magique et je me suis juré qu'un jour j'en aurai un ».

Cadeau de retraite

Ce désir d'enfant sera comblé par sa femme qui lui offre la machine de ses rêves le jour de sa retraite.

Depuis, il n'arrête plus de tourner. « J'aime avant tout voir un objet se dessiner sous la gouge et prendre parfois une forme inattendue, reconnaît l'artisan. J'oriente l'outil en fonction de l'humeur du moment ».

Il n'y a pas de copieur sur son tour, il ne fait que des pièces uniques et se laisse guider par son imagination : « Je préfère prendre mon temps, réfléchir et faire de la création ».

Entre la poupée mobile et la poupée fixe de sa machine, passent toutes les essences de bois : « Des paysagistes ou des bucherons m'en donnent. Parfois, juste en voyant un morceau de bois je sais ce que je vais faire. Quand le bois est moche, abîmé, je sais que si je fais un fruit, il sera beau ».

Ce qu'il aime aussi, ce sont les odeurs : « Des parfums se dégagent de certaines essences, le bois de rose sent la rose, le bois de violette sent la violette… ».

Si Jacques Lecomte tourne beaucoup de bois, il utilise aussi des matières plus exotiques comme la corne de zébu ou de phacochère, la résine, le téflon, la pomme de pain, voire les os du pot-au-feu… De cette matière il fait toutes sortes d'objets, de la toupie au coupe-papier en passant par des objets de décoration, des boîtes ou des pendules de radiesthésiste.

Mais sa spécialité ce sont les stylos, il en a produit des dizaines de modèles tous plus réussis les uns que les autres.

Transmettre son virus

Aujourd'hui, Jacques Lecomte est un peu frustré de ne pas pouvoir participer aux marchés d'artisans d'art compte tenu du contexte sanitaire. De fait, c'est quand il a été poussé à tenir un stand lors d'un marché de Noël à Dreux, qu'il a pris conscience de l'intérêt que suscitait son travail.

Et il y a plusieurs façons de découvrir ses créations, il a une vitrine dans le hall du ­Ciné-Centre drouais, son site Internet — ­lecomte-jacques.­fr — ou encore directement chez lui. Il propose également des stages pour transmettre son virus… de tourneur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité