Aller au contenu principal

Portrait
Jacques Neloppe, émouvant créateur

Jacques Neloppe restaure des objets anciens depuis de nombreuses années afin de leur donner un nouveau souffle.

Plus qu’une passion, c’est avant tout une raison de vivre. Le Loir-et-Chérien Jacques Neloppe restaure et détourne des vieux outils, des voitures de collection, des anciennes radios, etc. « Ce que je veux, ce n’est pas leur donner une seconde vie, c’est leur offrir l’opportunité de continuer à vivre », détaille le créateur. Cet ancien employé d'une entreprise de recyclage a durant toute sa vie professionnelle récupéré divers objets jetés. « 90 % des objets que j’ai restaurés ou détournés viennent de là », explique Jacques Neloppe. Cette passion pour la restauration a commencé par la réparation de matériel du quotidien par nécessité et ensuite la magie créative a permis à l’artiste de dévoiler son talent avec le détournement d'objets.

Des œuvres avec une âme, une histoire

« Je ne vends rien, car de toute manière il est impossible pour moi de donner un prix à mes objets. C’est principalement pour moi que je fais cela », détaille l’artiste.

Ces œuvres ont toutes une âme, une histoire. « Le troisième objet que j’ai détourné est le moteur d’un Solex que j’avais acheté pour ma femme. Je devais lui réparer et je ne l’ai finalement jamais fait. Lorsqu’elle est décédée, je suis monté au grenier et j’ai repris le moteur de son Solex, puis j'ai décidé d’en faire quelque chose d’autre », détaille avec émotion Jacques Neloppe. Une passion qui rend hommage, un hymne à l’amour de l’histoire, c’est ce que représentent ces 3 000 œuvres. Lui qui est un enfant de la Ddass n’oublie pas son passé douloureux mais désormais cicatrisé. « Sur chacun de mes objets détournés, je place une pièce mise au rebut, c’est un clin d’œil à mon histoire, à ma famille qui a toujours refusé de me reprendre lorsque la Ddass lui a proposé », se remémore avec sérénité Jacques Neloppe.

« Il n’y a pas de petit ou grand créateur »

« Parfois, lors d’un héritage, on récupère un vieil objet qui appartenait à ses grands-parents et on ne veut pas le jeter mais on ne sait pas quoi en faire pour autant. Dans ce cas, il faut lui redonner un second souffle. » Et même si l'artiste ne vend pas ses œuvres, il est tout de même possible de les admirer lors d'expositions. Jacques Neloppe aime alors à expliquer son parcours et l’histoire de ses objets.

Lorsque l’on évoque l'éventualité de créer un musée, ici, chez lui, là où tout a commencé, il ne se montre pas fermé : « Pourquoi pas ! On me l’a déjà dit, mais je ne sais pas encore quoi en penser, peu de personnes sont entrées dans cette pièce, ici c’est toute ma vie qui est stockée ».

Et Jacques Neloppe de conclure : « Il n’y a pas de petit ou grand créateur, il y a juste des créateurs plus connus que d’autres. Il existe beaucoup de créateurs dans l’ombre qui ont beaucoup de choses à nous dire ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité