Aller au contenu principal

Betterave
Jaunisse sur betterave : demandez l'indemnisation avant le 16 avril !

Les dossiers d’indemnisation pour perte de récolte de betteraves à la suite de la jaunisse en 2020 sont à déposer sur la plateforme FranceAgriMer avant le 16 avril.

Réautorisation des néonicotinoïdes en enrobage de semences de betteraves et indemnisation des pertes subies sont deux dossiers cruciaux portés par la Confédération générale des planteurs de betteraves auprès des pouvoirs publics pour pérenniser la filière à la suite de l’ampleur de la jaunisse en 2020.

Dans ce cadre, l’État a débloqué 80 millions d’euros pour indemniser les planteurs. Cette indemnisation est une première pour un accident sanitaire en agriculture. Pour en bénéficier, les planteurs concernés doivent déposer au plus tard le 16 avril leur dossier sur la plateforme FranceAgriMer.

Les règles de calcul pour les indemnités — soumises au régime de minimis, donc plafonnées à 20 000 euros, plancher minimum de 100 euros — sont désormais définitives.

La même règle s’applique pour tous les planteurs. Elle est calée sur la perte totale individuelle (jaunisse et sécheresse) par rapport au rendement potentiel (moyenne des trois meilleures des cinq dernières années) et un prix de 26 euros/tonne au-delà des remboursements liés à d’éventuelles assurances.

Une franchise de 30 % pour les planteurs assurés et de 35 % pour les planteurs non assurés s’applique. Cette différenciation vise à encourager l’assurance individuelle.

Si la CGB déplore fortement des niveaux de franchise aussi importants, deux avancées notables sont à mettre au crédit du syndicat betteravier. Tout d’abord, la référence de rendement retenue n’est pas la moyenne olympique quinquennale de l’exploitant, mais un rendement potentiel, c’est-à-dire les trois meilleurs rendements de la période 2015 à 2019. À l’échelle nationale, cela permet d’augmenter cette référence de 3,2 % par rapport à la moyenne olympique, et de 2,7 % par rapport à la moyenne arithmétique.

Et le prix de betterave servant à calculer l’indemnisation est de 26 e/t à 16 °, comme pour l’assurance socle, contre une moyenne nationale effective autour de 24,5 e/t : soit un prix supérieur de 6,1 % au prix moyen de campagne.

La CGB Île-de-France reste à disposition des planteurs pour répondre à leurs questions et les accompagner dans la démarche de dépôt en ligne des dossiers de demande d’indemnisation auprès de FranceAgriMer (aucun dossier sous format papier ne sera accepté).

Renseignements

S. Audren : 06.72.92.48.70.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité