Aller au contenu principal

« Je m’attends à une moisson décevante »

Laurent Bigot est céréalier à Pontlevoy. Il fait le point sur la moisson en cours.

Installé à Pontlevoy, Laurent Bigot dispose d’une SAU de 148 ha. Son assolement se compose ainsi  : maïs semences (35 ha), blé dur (35 ha), blé tendre (30 ha), colza (17 ha), orge d’hiver (20 ha) et féverole (2,5 ha), etc. «  Nous avons récolté l’orge d’hiver mardi (ces propos ont été tenus le 25 juin, NDLR), déclare le céréalier. J’ai semé le 10 octobre dernier. J’ai appliqué un traitement insecticide sur certaines parcelles et pas sur d’autres. Le risque de puceron semblait peu élevé mais c’est une erreur technique de ma part.  »

Notre interlocuteur affiche des rendements de 10 à 60 q/ha selon les parcelles. Normalement, les résultats oscillent entre 65 et 85 q/ha. L’agriculteur explique  : «  J’aurais pu choisir une autre culture, notamment du tournesol ou du millet. Je voulais implanter du colza en 2021. Je devais donc laisser l’orge.  »

Notre interlocuteur poursuit  : «  Cette année, il fallait deux traitements insecticides.  »

Cela relance le débat sur le Gaucho et l’interdiction des néonicotinoïdes en traitement de semence. Sur le plan qualitatif, les chiffres sont les suivants  : un poids spécifique compris entre 57 et 67 et un calibrage de 50 à 85  %. Cette orge brassicole risque donc le déclassement en fourragère.

L’agriculteur moissonne avec trois collègues de Pontlevoy et Thenay. Jusqu’en 2007, trois des quatre hommes étaient en copropriété pour le matériel. L’année suivante, ils ont créé une entreprise de travaux agricoles. Le quatrième partenaire possède des parts dans la moissonneuse-batteuse, une Claas Lexion 640. La machine, acquise en 2012, offre une largeur de travail de 6,60 m.

Les quatre agriculteurs cultivent différentes espèces. Cela permet d’étaler les récoltes.

 Nous donnons la priorité au blé dur sur le blé tendre lorsque celui-ci est mûr  », explique Laurent Bigot. En colza, 25 hectares ont été récoltés au lieu de 100 habituellement pour un rendement moyen de 28 q/ha.

«  Je m’attends à une moisson décevante, déclare le céréalier. En blé tendre, il y aura de nombreux accidents en raison des difficultés d’implantation à l’automne. Et la qualité reste une interrogation.  »

Olivier Joly

Les plus lus

Récolte 2021 : premier bilan
Alors que la récolte s’achève, le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves en Centre-Val de Loire,…
Le 15 octobre, à Serazereux. Clara Servain et Simon De Vos se sont lancés dans l'élevage et proposent leurs produits laitiers à l'orée de Chartres.
Du lait produit tout près de Chartres par un jeune couple
Installés à Serazereux, Clara Servain et Simon De Vos proposent des produits laitiers issus du lait de leurs vaches de race kiwi.
Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent implanter un verger de noisetiers.
Noxi fruits, une casserie locale de noisettes
Spécialisée dans la transformation et la conservation des noisettes, Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent…
Château-Landon, mercredi 27 octobre. Avant d'échanger sur la filière betteravière, l'activité de la Sica* gâtinaise de déshydratation a été présentée à Valérie Lacroute.
Filière betteravière : enjeux et perspectives
La vice-présidente de la Région en charge de l’agriculture et de l’alimentation, Valérie Lacroute, a échangé sur les enjeux de la…
Jeudi 28 octobre, à Monthou-sur-Cher. Les viticulteurs sont venus nombreux pour assister à la journée de démonstration.
Désherbage mécanique : démonstration de matériel
Jeudi 28 octobre, la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher et la Fédération régionale des Cuma de Centre-Val de Loire ont…
Début novembre 2021, récolte du maïs dans le secteur de La Chapelle-sur-Aveyron, dans le Loiret.
Maïs et fourrages : les tensions s’apaisent
Après trois années particulièrement compliquées, la tension sur les fourrages s’apaise et les silos se remplissent. Les…
Publicité