Aller au contenu principal

« Je ne conçois pas une exploitation sans élevage »

Arriver à concilier confort au travail et vie personnelle dans l’élevage : c’est possible, à condition d’adapter les solutions qui existent à son propre système, estime Romain Payen. Un équilibre auquel l’agriculteur aubois réfléchit dans le cadre de son projet d’installation.

L’exploitation familiale que souhaite reprendre Romain Payen compte 40 vaches en production. Le jeune homme croit dur comme fer en l’avenir de l’élevage.
L’exploitation familiale que souhaite reprendre Romain Payen compte 40 vaches en production. Le jeune homme croit dur comme fer en l’avenir de l’élevage.
© R. PAYEN

Romain Payen se destine à reprendre l’exploitation familiale située à Saint-Martin-de-­Bossenay (Aube), soit 150 hectares de grandes cultures et 350 000 litres de lait pour 40 vaches en production.

Passionné d’élevage, le jeune homme sait pertinemment qu’il veut tout mettre en œuvre pour concilier confort au travail et vie personnelle, ce qu’il juge compatible. « De par ma formation d’ingénieur en agriculture et mon métier de technicien d’élevage, je constate qu’il existe tout un panel de solutions pour faciliter le travail lié à l’élevage et qu’il est possible d’adapter de belles choses à son propre ­système, explique Romain Payen. Je m’aperçois que chaque éleveur appréhende différemment la gestion de son élevage. Il n’y a pas un seul mais toute une diversité de systèmes et que ce sont les objectifs de l’éleveur qui font la différence ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité