Aller au contenu principal

« Je souhaite améliorer la communication faite à propos du lycée »

Parent d’élève du lycée Sully de Magnanville (Yvelines), Christelle Moquereau a été élue cette année à la tête du conseil d’administration.

Horizons : Comment avez-vous été élue à la présidence du conseil d’administration du lycée ?

Christelle Moquereau : Je suis maman de deux enfants et mon plus grand fils est scolarisé à Sully depuis la 4e. Je ne suis pas issue du monde agricole mais dès son arrivée ici, je me suis impliquée dans la vie du lycée. J’ai rapidement intégré le conseil d’administration en tant que parent d’élève et je me suis impliquée à 200 %. Je suis présente pour les portes-ouvertes, les diverses manifestations organisées au lycée ainsi que pour l’équipe de rugby... Lorsque la présidence de Frédéric Thépenier s’est achevée, on m’a demandé de lui succéder. 

Quels ambitions portez-vous pour cet établissement ?

En premier lieu, je souhaite améliorer la communication, interne et externe, faite à propos du lycée qui souffre depuis un moment d’une réputation qu’il ne mérite pas. Depuis ma prise de fonction, nous avons fait en sorte d’aller à la rencontre des institutions et des agriculteurs du territoire dans l’objectif de nouer des partenariats. Ainsi, il y aura davantage d’interventions extérieures en classe et les élèves iront aussi plus souvent, par exemple, dans les exploitations. L’idée est de faire en sorte que le lycée Sully propose des cursus qui soient le plus en adéquation possible avec les attentes et les réalités du milieu agricole. 

De quel façon cela va t-il faire évoluer les formations ?

Avant tout, nous sommes soumis au programme de l’Education nationale et du ministère de l’Agriculture. Le lycée Sully s’emploie à former les élèves sur toutes les méthodes de travail et toutes les technologies. Nous accordons donc du temps à toutes les agricultures : conventionnelle, raisonnée, bio... et nous proposons des options en productions végétales ou animales afin d’offrir aux élèves une formation complète qui leur laissera le choix au moment d’entrer dans la vie active. Afin d’augmenter l’attractivité de nos formations, nous étudions aussi la possibilité d’introduire des formations en apprentissage et enfin, depuis quelques temps, le lycée se tourne vers les nouvelles technologies comme les GPS embarqués dans les tracteurs et les drones. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité