Aller au contenu principal

Portrait
Jean-Charles Gandrille, compositeur des champs

Fils d'agriculteurs, Jean-Charles Gandrille est devenu musicien et compositeur. Une vocation qui est née très tôt.

Jean-Charles Gandrille, compositeur et musicien, ici devant l'église de Rambouillet (Yvelines), dont il est l'organiste.
Jean-Charles Gandrille, compositeur et musicien, ici devant l'église de Rambouillet (Yvelines), dont il est l'organiste.
© C.A. - Horizons

À 10 ans et demi, un jeune garçon s'installe au piano familial et fait glisser ses mains sur le clavier. Il retranscrit son morceau sur des partitions et déclare à sa mère : « Plus tard, je veux faire ce métier : inventer de la musique ! ». Ce jeune garçon, c'est Jean-Charles Gandrille, numéro deux d'une fratrie de trois enfants, dont les parents possèdent une exploitation à côté de Sonchamp (Yvelines).

Dans la famille, à part des grands-mères mélomanes, il n'y a pas de musicien. « J'ai grandi au son des chants d'oiseaux et des tracteurs », plaisante Jean-Charles Gandrille. Il commence les cours de piano à 8 ans ; ça ne lui plaît pas trop, mais son professeur dit à ses parents que son élève est doué. La vraie révélation sera ce jour où il compose pour la première fois. « J'étais de nature plutôt réservée et taciturne. Écrire de la musique, c'est comme tenir un journal intime, cela me permettait de m'exprimer », explique-t-il.

À 12 ans, il commence l'orgue. Devant son talent, sa professeur lui dit : « Il faut que tu ''montes'' à Paris ». Six mois plus tard, il quitte donc la ferme familiale pour suivre un cursus de musique-études au Conservatoire régional de Paris. Ses parents sont un peu inquiets et se demandent si on peut gagner sa vie en étant musicien. Les professeurs les rassurent : si la scolarité de Jean-Charles ne se passe pas bien, il pourra toujours regagner un cursus classique.

Mais Jean-Charles Gandrille poursuit sa voie avec fluidité. Il entre sur concours dans le prestigieux Conservatoire national de Paris. Il y apprend l'harmonie, le contrepoint, l'orchestration, l'analyse musicale, l'improvisation à l'orgue, entre autres. Et c'est tout naturellement qu'il devient musicien professionnel, combinant l'enseignement, la pratique — il est notamment organiste à Rambouillet (Yvelines) — et la composition. Il remporte de nombreux prix nationaux et internationaux. Parallèlement, il s'initie au violon et au violoncelle.

Il compose notamment un Stabat Mater pour la maîtrise de Notre-Dame-de-Paris, qui sera chantée 24 heures avant l'incendie qui a ravagé l'édifice. Certaines de ses œuvres sont destinées à un public d'initiés, d'autres parlent à des non-musiciens. C'est le cas de son disque qui sort le 14 juin prochain, « pensé pour les gens qui ne sont pas habitués à la musique classique, avec une simplicité et des rythmiques dynamiques et dansantes », dont on peut voir un teaser :

 

Pour les financer, il créé une association. Une fois par an, il propose un concert dans l'église de Sonchamp (Yvelines), avec des œuvres de sa composition. Car s'il parcourt la France pour enregistrer ses compositions, il revient toujours à la source et habite juste à côté de la ferme familiale.


Biographie :

24 avril 1982 : naissance.

1992 : première composition.

juin 2016 : première commande pour Notre-Dame-de-Paris.

14 juin 2024 : sortie du disque.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
Mercredi 15 mai, à Janville-en-Beauce. En présence du président et du directeur général de Cristal Union, Olivier de Bohan et Xavier Astolfi (au c.), le président de la section Pithiviers-Toury, Olivier Duguet (à g.), a ouvert son assemblée générale par l'annonce d'un prix record pour les betteraves.
Betteraves : Cristal Union annonce un prix record
La section Pithiviers-Toury de la coopérative Cristal Union a tenu son assemblée générale annuelle le 15 mai à Janville-en-…
Vendredi 17 mai, à Dangeau. Le jeune éleveur Victor Forge (à g.) a expliqué les difficultés de désherbage de sa nouvelle parcelle de lavande, travail manuel requis.
Le comice de Dangeau est lancé
Quel lien y a-t-il entre une entreprise spécialisée dans la production de godets pour l'agricole et le BTP, les établissements…
D'anciennes variétés de blé de nouveau au goût du jour
Damien Foussereau, céréalier à Authon, a décidé de se lancer dans la meunerie et de cultiver des variétés de blé anciennes. Une…
Jeudi 6 juin, à Illiers-Combray. Le robot Orio de Naïo technologies désherbinant du maïs a été l'un des centres d'intérêt des adhérents de la Scael lors de cet Agricampus.
Un AgriCampus ensoleillé pour les adhérents de la Scael
Le groupe coopératif Scael a organisé son traditionnel Agricampus jeudi 6 juin, sur une plateforme à Illiers-Combray. Plus…
Publicité