Aller au contenu principal

Jean-Claude Auger, imprimeur traditionnel

Dans son atelier de Saint-Loup-sur-Cher (Loir-et-Cher), Jean-Claude Auger réalise des ouvrages de bibliophilie et des estampes. L’artisan utilise des techniques traditionnelles.

« Nous sommes des concepteurs de livres de bibliophilie et d’estampes. Nous utilisons les techniques traditionnelles  : typographie, lithographie, taille douce et fonte des caractères  », explique Jean-Claude Auger, artisan à Saint-Loup-sur-Cher (Loir-et-Cher).

Celui-ci incarne la quatrième génération de la famille à exercer ce métier et son fils Vincent travaille à ses côtés. « Nous avons toujours baigné dans cet univers  », dit-il.

Les ouvrages sont tirés à cent cinquante exemplaires au maximum.

L’artisan déclare : « Nous rencontrons des auteurs, des artistes, des libraires et des représentants de sociétés de bibliophilie. La réalisation d’un ouvrage est un travail d’équipe  ».

Tout part d’un manuscrit. « Nous discutons avec l’auteur et nous réalisons un spécimen de composition qui lui est présenté pour aval, explique Jean-Claude Auger. Nous réalisons fréquemment des livres de textes. S’il y a des illustrations, l’éditeur et l’artiste interviennent. Nous sommes plusieurs à apporter notre pierre à l’édifice  ».

Le professionnel poursuit  : « Les technologies contemporaines s’apparentent à de l’impression industrielle. Cela n’a rien à voir avec notre travail. Nous imprimons sur du papier rare  : papier-japon, papier-chiffon ou papier fabriqué à la main. C’est une fabrication élitiste. Ce ne sont pas les procédés anciens qui comptent mais la création. Ainsi, les artistes ne travaillent pas comme sous Louis XIV  ! Ils réalisent des œuvres avec des techniques anciennes mais qui restent traditionnelles et ­originales  ».

Jean-Claude et Vincent Auger ont chacun leurs techniques qui leur sont familières. Le premier est lithographe et compositeur. Le second est graveur, fondeur de caractères et typographe.

Maîtriser tous ces métiers est nécessaire pour ne pas se limiter à une seule technique. L’apprentissage s’effectue à l’école et par l’expérience.

« Dans notre métier, il faut garder une grande humilité, déclare Jean-Claude Auger. Parfois nous sommes fiers de notre travail, parfois un peu moins  ».

L’artisan poursuit  : «  Les gens sont en extase devant ce que nous faisons car le métier est devenu rare. Nous n’avons pas de gros souci autour des techniques que nous possédons. Nous sommes heureux de fabriquer  !  ».

Après avoir longtemps travaillé à Paris, en 2017, Jean-Claude Auger s’est installé dans le village de son enfance car le local qu’il occupait dans la capitale était trop exigu.

À 76 ans, il regarde devant  : « Je croise les doigts pour qu’il y ait encore de nombreux bibliophiles qui achètent des livres de qualité. Il faut également que l’atelier se lance dans des éditions particulières. Rien n’est gagné d’avance !  ».

Olivier Joly

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité