Aller au contenu principal

Jean-François Robert tire sa révérence après vingt-cinq ans de présidence

La 25e assemblée générale de l’Association des irrigants d’Eure-et-Loir (AIEL), le 14 mars, a marqué la fin de la présidence de Jean-François Robert, dans une salle Mathurin-Régnier de la chambre d’Agriculture bien garnie.

Le 14 mars, à Chartres. La 25e assemblée générale de l’Association des irrigants d’Eure-et-Loir a été la dernière pour son président emblématique, Jean-François Robert.
Le 14 mars, à Chartres. La 25e assemblée générale de l’Association des irrigants d’Eure-et-Loir a été la dernière pour son président emblématique, Jean-François Robert.

Il y aurait sans doute un livre à écrire sur l’histoire de la gestion de l’irrigation en Eure-et-Loir. Et bien sûr, Jean-François Robert en serait l’un des personnages principaux.

L’homme, qui a pris la tête de l’Association des irrigants d’Eure-et-Loir (AIEL) dès sa naissance il y a vingt-cinq ans, a annoncé officiellement lors de l’assemblée générale de la structure le 14 mars à Chartres, qu’il cédait sa place.

Après qu’il a remercié tous ceux qui l’avaient aidé dans cette tumultueuse histoire et présenté son successeur, Marc Langé, toute la salle s’est levée pour l’applaudir. Juste avant cela, pour marquer cet anniversaire, les vingt-cinq ans de l’AIEL ont été passés en revue en vingt-cinq points par le président et son complice de toujours, Philippe Lirochon.

Ils sont revenus ainsi sur la genèse de l’association, qui a rapidement fédéré près d’un millier d’exploitants, et les différents épisodes qui l’ont construite.

Comme cette bataille qui l’a opposée en 1994 à une association de défense de l’environnement (l’Adpasec) autour de la Conie, qui avait fait condamner l’État à l’époque pour n’avoir pas interdit l’irrigation en usant de stratagèmes que l’AIEL avait réussi à démontrer.

Ou quand en 2008, à Orléans, il a fallu défendre bec et ongles le droit d’irriguer plus que quelques heures par semaine...

Pour parvenir à exister, l’association des irrigants s’est toujours basée sur cinq principes fondateurs de gestion rationnelle de la ressource, doublés d’une excellente connaissance des mécanismes de fonctionnement de la nappe de Beauce, comme l’ont rappelé les deux protagonistes. Jusqu’à être aujourd’hui reconnue comme un modèle de gestion collective de l’eau d’irrigation.

Un point que n’a pas manqué de souligner dans son intervention le président d’Irrigants de France, Éric Frétillère, soulignant également : « Vous avez deux chances extraordinaires ici, l’eau de la nappe de Beauce et Jean-François Robert ».

Plus traditionnellement, au début de la réunion, un point a été fait sur la situation de la nappe et des rivières du département. Ainsi, le niveau de la nappe de Beauce est sensiblement celui qu’il était l’an passé à la même époque, conduisant pour cette campagne à l’attribution d’un coefficient 1 pour les irrigants. La situation des rivières est toujours plus aléatoire et surveillée comme il se doit, néanmoins, globalement leur débit est sensiblement inférieur à ce qu’il était l’an passé à la même époque.

Concernant les cotisations, compte tenu de la bonne santé financière de l’association, il n’a pas été prévu d’augmentation pour 2019.

Les plus lus

La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Le gel de début avril a impacté les vignobles romanais (archives).
Un marché international sous tension pour le sauvignon
Le gel a fortement impacté les vignobles romanais. Même si la cave Les Vignerons des coteaux romanais va puiser dans les stocks,…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité