Aller au contenu principal

Jeunes agriculteurs
Jeanne Hermant, troisième femme présidente de JA 41

Jeanne Hermant a récemment été élue présidente de Jeunes agriculteurs de Loir-et-Cher. Troisième femme présidente, elle aura la charge du mandat 2022-2024.

Jeanne Hermant est la première femme apicultrice présidente de JA 41.
© JA CVL

Jeanne Hermant a 33 ans. Elle est originaire du Pas-de-­Calais. Elle est diplômée d'un baccalauréat STAE (Sciences et technologies de l'agronomie et de l'environnement), d'un BTSA Aménagements paysagers et d'une licence professionnelle ­Distrimanager option jardinerie (management et gestion d'un rayon).

Pour le travail, Jeanne rejoint le Loir-et-Cher qu'elle ne quitte plus. Son exploitation comprend actuellement une cinquantaine de ruches et elle cultive des plantes aromatiques et médicinales en bio sur 7 000 m2. « Je suis arrivée en Loir-et-Cher en 2014, se rémémore-t-elle. J'ai travaillé cinq ans à la FDSEA. Puis je me suis lancée dans l'activité sous couveuse d'entreprise avec la BGE à Blois. Je me suis installée officiellement en avril 2021 à Neung-sur-Beuvron ».

Adhérente à Jeunes agriculteurs depuis quatre ans, l'agricultrice a toujours côtoyé les JA dans ses précédentes fonctions.

« Porter la voix de JA »

Jeanne Hermant est la troisième femme présidente de JA en Loir-et-Cher. La première était Anne Bourdin, viticultrice, la deuxième Blandine Terrier, éleveuse de volailles. « Je suis donc la première apicultrice et productrice de plantes aromatiques et médicinales », souligne l'agricultrice.

Parmi ses engagements auprès de JA 41 : « Il est important pour moi de faire entendre la voix des agriculteurs, de défendre leurs intérêts. Mais aussi promouvoir l'installation des jeunes en agriculture, communiquer sur notre métier ». Élue par le conseil d'administration du syndicat, la présidente est enthousiaste : « J'ai une super équipe avec moi, au sein du bureau et du conseil d'administration. Ensemble nous avons pour projet de continuer les objectifs. Mon ambition est de porter la voix de Jeunes agriculteurs ».

Au sujet de la situation géopolitique actuelle : « Nous arrivons dans un contexte qui ne va pas être simple à gérer et nous sommes un peu dans le flou. Il va falloir mettre en place des mesures pour permettre de renforcer la souveraineté alimentaire en France », conclut-elle.


Voir aussi notre article JA 41 élit son nouveau bureau

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité