Aller au contenu principal

Jérémy et Jonathan Desforges : producteurs de légumineuses

Rencontre avec Jérémy Desforges qui a repris la ferme familiale du Puiset avec son frère Jonathan en 2019. Depuis, ils ont à peu près tout changé et créé la marque Trésors de Beauce.

«Nous avons démarré au moment du Covid puis de la guerre en Ukraine, avec une vision utopique, rembobine Jérémy Desforges qui a repris en 2019 avec son frère Jonathan la ferme familiale des Trois Rois au Puiset (commune de Janville-en-Beauce). À la base, l'exploitation de notre père Jean-Louis avait un assolement classique — blés, orges, pommes de terre, oignons, maïs. À la succession nous étions deux à vouloir reprendre, soit nous laissions la ferme à façon, soit nous entrions dans un vrai projet de valorisation de produits ».

Exploitation transformée

Les deux jeunes exploitants choisissent la seconde option et se lancent dans la transformation de l'exploitation en se tournant vers le circuit court et l'agriculture biologique : « Parce que c'était plus simple à vendre et que cela correspondait à notre vision de l'agronomie. Nous avons constaté un déclin de la fertilité des sols du fait de l'usage des engrais et des produits phytos. Nous voulions aller vers l'agronomie et les savoir-faire du terroir ».

Ainsi les frères Desforges se sont tournés vers la production de légumineuses : « La demande est croissante pour ce type de produits, souligne Jérémy Desforges. Nous répondons aux besoins des consommateurs et agronomiquement c'est intéressant ». Ils produisent donc différentes variétés de haricots et de lentilles, du pois chiche, du quinoa, des flageolets et du maïs à pop-corn, qu'ils commercialisent en circuit court.

En parallèle, ils produisent également des variétés anciennes de céréales (engrain, grand épeautre, blé khorasan) qu'ils commercialisent en direct auprès de meuniers orientés haut de gamme. « Tout ceci a créé une synergie, nous avons allongé la rotation, c'est un cercle vertueux, nous sommes dans la vraie agronomie ». Pour aller au bout de la démarche, ils lancent leur marque Trésors de Beauce en septembre 2021 et développent pour leurs produits un packaging 100 % recyclable : « Tout est compostable, de la fenêtre transparente au sachet, en passant par l'encre ou la colle ».

Ancrage territorial

Pour la commercialisation, ils travaillent surtout avec des professionnels mais cherchent également à s'ancrer sur le territoire. Ils travaillent ainsi avec la Sogeres, qui livre pour la restauration collective de ­l'Orléanais, et sont sur le coup pour l'ouverture du marché eurélien. Si l'on trouve leurs produits dans une petite trentaine de magasins du secteur, des restaurants renommés, ils livrent également à Rungis pour un réseau d'épiceries fines et se développent à l'international (États-Unis, Dubaï, Afrique du Sud, Singapour, Japon) et cherchent à pénétrer le marché exigeant des pays nordiques…

« La population qui consomme des produits bruts, c'est environ 20 %. Du coup nous nous adaptons et proposons des produits en bocaux qui évitent d'avoir à tremper les haricots pendant 24 heures avant de pouvoir les préparer. Et nous développons également une gamme plaisir pour l'apéritif à partir de graines de tournesol décortiquées, salées et assaisonnées. Il y a plein de choses à faire, à réinventer, autour de ces produits ».

Pour mener à bien leurs nombreuses cultures, les frères Desforges ont investi dans pas mal de matériels : « Ils ont été choisis pour pouvoir intervenir vite et être propres. Et nous y arrivons aussi bien qu'en conventionnel. Le secret est d'intervenir au bon moment, sans y aller trop tôt. C'est une question de doigté, souligne l'agriculteur. Notre rotation est adaptée au changement climatique. Par exemple, les céréales anciennes résistent mieux à la sécheresse ou aux maladies ».

Cellules d'inertage

De nombreux investissements ont aussi été réalisés pour la partie stockage et ils ont eux-mêmes installé tout le matériel. Ils disposent d'un trieur répartiteur, d'un trieur optique et de nombreuses cellules de stockage : « Nous cherchons à améliorer les processus car nous avons des volumes de plus en plus conséquents », indique Jérémy Desforges. Ils disposent en particulier de cellules d'inertage, uniques dans la région. Ces cellules étanches permettent d'injecter du CO2 sous pression afin d'éliminer les insectes (bruches, mites alimentaires) et les champignons, pour optimiser la conservation des produits.

Pour élargir leur clientèle, particulièrement vers les jeunes, Trésors de Beauce n'hésite pas à investir leurs réseaux sociaux préférés. Ils bénéficient du soutien de chefs, à l'image de Thomas Parnaud, qui y proposent leurs recettes. L'objectif étant d'inciter le plus grand nombre à consommer des légumineuses…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité