Aller au contenu principal

Portrait
Jérôme Chabaudie, éditeur engagé

Jérôme Chabaudie, 44 ans, est le président d’Owatt média, société de presse spécialisée dans les énergies renouvelables et l’agriculture, installée à Versailles (Yvelines).

Jérôme Chabaudie

Il y a vingt ans, rien ne prédestinait ce jeune chargé d'études en énergies renouvelables, fraîchement débarqué de son Limousin natal, à faire carrière dans l'édition. Et pourtant. Depuis près de trois ans, Jérôme Chabaudie est président de la société de presse Owatt média, éditeur du magazine Puissance hydro.

« Le lien s'est fait tout naturellement, par ma passion pour l’hydroélectricité et par l'intermédiaire des énergies renouvelables, car pendant plus de quinze ans j'ai travaillé au développement de magazines phares dans l'éolien et le photovoltaïque. J'ai vu comment s'organisait le travail des journalistes et de tous les métiers qui concourent à l'édition. Je me suis pris de passion pour ce secteur. »

En 2017, la quarantaine aidant, il saute le pas. En juin 2018, avec quatre associés, dont deux journalistes spécialisées énergies renouvelables et agriculture et un journaliste reporter d'images, il sort son premier numéro. Lui n'a que faire du scepticisme de ceux qui ne croient plus en l'avenir de la presse papier. Le bouche-à-oreille fait son œuvre, les numéros s'enchaînent et le titre s'installe.

Puissance hydro est un bimestriel qui s'adresse aux professionnels de l'hydroélectricité, qu'ils soient propriétaires d'installations hydroélectriques, porteurs de projets, industriels et fournisseurs du secteur ou bien encore institutionnels.

« Je crois fermement en cette énergie renouvelable locale, stockable, qui ne produit aucun gaz à effet de serre, et participe au mix énergétique de la France, assure l'éditeur. Avec ce magazine, nous faisons la part belle à l'actualité de la petite hydraulique, celle des centrales hydroélectriques d'une puissance inférieure ou égale à quelques dizaines de mégawatts ».

Aucun magazine n'existait à ce jour sur ce secteur. « C'est d'autant plus remarquable, souligne-t-il, que l'hydraulique est la première des énergies renouvelables électriques en France, mais il est vrai qu'elle est avant tout portée par la grande hydraulique, les grands barrages hydroélectriques ».

La France dispose de nombreux cours d'eau et le potentiel de développement de la petite hydraulique est important. Bon nombre de passionnés s'investissent à développer cette électricité renouvelable qu'ils autoconsomment et/ou injectent sur le réseau électrique. Les centrales hydroélectriques sont souvent reçues en héritage, achetées par l’intermédiaire d’un courtier ou de gré à gré. Les transferts de propriété s'accompagnent pour la plupart d'une histoire singulière, portée par la reconstruction d'un bâti ancien, l'attachement profond à un cours d'eau, la concrétisation d'un rêve, ou la simple envie de développer son portefeuille d'actifs.

« Les porteurs de nouveaux projets sont assez nombreux, explique Jérôme Chabaudie, mais ils doivent s’armer de patience pour faire aboutir leurs projets en raison de contraintes environnementales contraignantes et d’un parcours administratif semé d’embûches ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité