Aller au contenu principal

Julien Denormandie  est le nouveau ministre de l’Agriculture

Julien Denormandie a été nommé ministre de l’Agriculture ce lundi 6 juillet, lors de l’annonce du nouveau gouvernement par le Premier ministre Jean Castex.

Lundi 6 juillet, Julien Denormandie a été nommé au poste de ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. Il succède à Didier Guillaume.

Né en 1980, Julien Denormandie est un ingénieur agronome (AgroParisTech) et un haut fonctionnaire rattaché au corps des Eaux et Forêts (Ipef). Il était jusqu’ici ministre en charge de la Ville et du Logement, et auparavant secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires.

Proche d’Emmanuel Macron, il a été son directeur adjoint de cabinet lorsqu’il était ministre de l’Économie, et l’une des chevilles ouvrières de sa campagne à l’élection présidentielle.

Réagissant auprès d’Agra presse à la nomination d’un nouveau ministre de l’Agriculture, le président de l’APCA (chambres d’Agriculture), Sébastien Windsor, souhaite un ministre «  à l’écoute  » et qui «  accompagne les transitions » auxquelles sont confrontées les agriculteurs.

«  L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique, résume-t-il. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions.  »

Réagissant également à la nomination de Julien Denormandie, la FNSEA demande, dans un communiqué, que la « souveraineté alimentaire » soit « une priorité d’action  », concrétisant ainsi « la promesse du président de la République  » faite lors de ses allocutions de la période de confinement.

Pour le syndicat majoritaire, cela passe « par des politiques publiques qui valorisent l’acte de production sur nos territoires  », des « stratégies de filières, dans des conditions de compétitivité et de partage de la valeur ajoutée permettant aux agriculteurs de vivre du prix rémunérateur de leurs produits et en s’appuyant sur la pluralité des formes d’agriculture française ».

Côté agenda, la FNSEA attend notamment le nouveau ministre sur la « séquence européenne qui s’ouvre par la discussion du cadre financier pluriannuel dès ce mois-ci et qui va se poursuivre par la discussions du plan stratégique national (PSN) ».

Le syndicat avertit que « ces premiers pas du ministre et les choix faits indiqueront clairement l’ambition du gouvernement pour un secteur agricole et agroalimentaire dont la crise du Covid a rappelé le caractère stratégique  ».

Photo : Jacques Paquier, 2018, licence CC-BY 2.0, photo non modifiée

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité