Aller au contenu principal

Enseignement
La Bretonnière : inauguration du simulateur de conduite

Le simulateur de conduite dont l’EPL La Bretonnière est équipé depuis la rentrée a été inauguré le 10 novembre.

Alors que la crise sanitaire de la Covid a fait évoluer l’enseignement en passant sur une dynamique virtuelle, l’établissement de La Bretonnière à Chailly-en-Brie est équipé depuis la rentrée d’un simulateur de conduite. Cet équipement a été inauguré officiellement jeudi 10 novembre en présence des différents partenaires qui ont soutenu financièrement cette acquisition.

« Cet outil, très utile, plaît aux jeunes. Que ce soit en formations aménagements paysagers, agricoles, forestières, on met dans les mains des jeunes des outils coûteux. C’est un plus de les former avant de les mettre sur le terrain », a insisté le directeur de l’établissement, Hubert Masson, ravi que cet outil vienne compléter la panoplie numérique de l’établissement.

Ce projet, d’un coût total de 120 000 euros, a été permis grâce au soutien de trois partenaires, la Région Île-de-France à hauteur de 53 000 euros, la fondation du Crédit agricole Brie-Picardie* avec 30 000 euros, et la MSA Île-de-France avec 7 000 euros. Le complément est financé par l’établissement.

Une valise complémentaire permettra de créer des capsules vidéos et ainsi produire des ressources à l’avenir. Le simulateur permet aussi l’autoformation et de suivre l’évolution des élèves sans casse.

Si cet outil est difficile à bouger — il a été présenté au Festival de la terre —, des modalités sont à l’étude actuellement pour permettre à des structures extérieures d’y avoir accès.

La Bretonnière est le premier établissement agricole public francilien à être doté d’un tel équipement qui favorise le développement numérique de l’établissement et permet aux apprenants d’avoir tous les outils nécessaires pour se former.


*La fondation du Crédit agricole Brie-Picardie, présidée par Philippe De Waal, créée en 2020, vise à financer des projets sur le territoire selon quatre axes : solidarité/cohésion sociale ; innovation ; patrimoine ; santé/bien-être.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité