Aller au contenu principal

La cave de Mont-Près-Chambord sur une dynamique

Les Vignerons de Mont-Près-Chambord récoltent le raisin depuis un mois. Le modèle coopératif séduit les jeunes.

« L’année 2020 est hors du commun  !  », s’exclame Aurore Pornin, directrice des Vignerons de Mont-Près-Chambord. Les vendanges ont démarré le 19 août, soit un mois plus tôt que quinze ans auparavant. La conséquence du changement climatique. Notre interlocutrice, qui constate «  une belle maturité  », a fait un pari  : commencer tôt pour garder de la fraîcheur. «  Associé aux récoltes tardives, l’assemblage donne un bel équilibre  », dit-elle.
En blancs, les rendements oscillent entre 55 hl/ha et 60 ­hl/­ha. En rouges, ils se situent entre 45 hl/ha et 50 ­hl/­ha. «  Heureusement qu’il a plu mi-août, cela a sauvé la récolte, déclare Aurore Pornin. Je ne regrette pas d’avoir démarré tôt. Je préfère rentrer du raisin à peine mûr mais sain plutôt qu’à maturité mais dans un état sanitaire dégradé  ». La qualité est au rendez-vous. La fraîcheur du jus donnera des vins typés et aromatiques.
Des reprises hors cadre familial
La directrice des Vignerons de Mont-Près-Chambord explique  : «  En 2017, nous avions commercialisé 10  % de la récolte à cause du gel de printemps. Nous reprenons un rythme normal  ». La grande distribution, dont les exportations, représente 80  % des débouchés. Les ventes directes (magasin de la coopérative, restaurateurs et cavistes) pèsent 20  % et elles progressent. Au printemps 2021, des producteurs accueilleront des clients pour des visites de caves.
Des vignerons prennent leur retraite. Toutefois, des jeunes arrivent, y compris pour des reprises hors cadre familial. «  Cela offre de belles perspectives avec une augmentation des surfaces. L’image de la coopérative fait encore envie. Nous sommes sur une belle dynamique  !  », conclut Aurore Pornin.
OLIVIER JOLY

REPÈRES
La cave coopérative de Mont-Près-Chambord compte 17 adhérents. Ceux-ci cultivent 140 ha de vignes en appellation d’origine contrôlée Cheverny et Cour-Cheverny pour une production de 7  000 hl, dont 5  000 hl de blancs, 800 hl de rosés et 1  200 hl de rouges.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Publicité