Aller au contenu principal

Magazine
La citadelle souterraine de Verdun

Équipé d’un casque de réalité augmentée, la visite de la citadelle souterraine de Verdun (Meuse) permet de vivre des scènes aux côtés de soldats durant la Première Guerre mondiale.

Verdun (Meuse) reste une ville associée à tout jamais aux violents combats de la Première Guerre mondiale. L’ossuaire de Douaumont, situé à quelques kilomètres abrite d’ailleurs les restes de 100 000 hommes tombés au combat.

Aujourd’hui entièrement reconstruite, la cathédrale Notre-Dame domine cette sous-préfecture de la Meuse. L’ancien palais épiscopal accueille le Centre mondial de la paix, des libertés et des droits de l'homme et un monument dédié à la Victoire et aux soldats de Verdun surplombe les quais de la Meuse. Un immense escalier permet d’y accéder.

Mais il est un lieu incontournable, la citadelle souterraine qui, au plus fort du conflit, accueillait les soldats venus du front. Si la citadelle haute a été construite au XVIIe siècle, la citadelle souterraine, aussi appelée citadelle basse, a été creusée à la fin du XIXe siècle après la guerre de 1870. Elle cumule sept kilomètres de galeries à la fin de la Première Guerre mondiale, durant laquelle elle sert à la fois de refuge, de poste de commandement et de base de ravitaillement. Installés dans un wagon et équipés d’un casque de réalité augmentée, les visiteurs se glissent dans la peau du ­soldat Jean Rivière, classe 1913. Âgé de 23 ans, il était entré dans les ordres. À ses côtés, on retrouve Louis, commerçant, Camille, agriculteur, et Émile, ­instituteur. Ces soldats partagent leurs ressentis au cours de ce passage dans la citadelle de Verdun.

Très pédagogique, mais fraîche (8 °C quelle que soit la saison), la visite est adaptée aux enfants dès 8 ans et permet de comprendre la vie de ces soldats au front. Elle présente également la cérémonie de désignation du Soldat inconnu qui repose sous l'Arc de triomphe de l'Étoile à Paris qui s’est tenue le 10 novembre 1920.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité