Aller au contenu principal

La démarche Éleveur et engagé présentée en Eure-et-Loir

JA et FNSEA d'Eure-et-Loir ont organisé le 2 septembre au Coudray-au-Perche, une réunion d'information sur la démarche Éleveur et engagé.

Partir du coût de production pour déterminer le prix de la viande payé à l\'éleveur, telle est la base de la démarche Éleveur et engagé, initiée en 2016 par la Fédération nationale bovine et le syndicat Jeunes agriculteurs. Depuis, regroupés en associations départementales, de nombreux éleveurs se sont engagés dans la démarche qui lie par un cahier des charges, éleveurs et distributeurs.

Pour la présenter aux éleveurs euréliens, la FNSEA et Jeunes agriculteurs ont organisé au Coudray-au-Perche, le 2 septembre, une réunion d\'information qui accueillait le responsable de cette filière dans le Cher, Simon Bransard.

C\'est en 2017 qu\'a été structurée la filière Éleveur et engagé dans le Cher. Elle regroupe aujourd\'hui une trentaine d\'éleveurs berrichons, tous adhérents JA ou FNSEA.

Simon Bransard a détaillé le cahier des charges de la démarche qui impose, par exemple, que les animaux soient issus de races allaitantes, classés U ou R, ou que la base de leur alimentation soit fourragère avec six mois en pâturage. L\'éleveur s\'engage également à se former à la communication et à l\'engraissement, à participer aux réunions du groupe ou à la promotion de la démarche en magasin.

Lors de cette réunion, des questions ont été posées sur la faisabilité d\'entreprendre cette démarche séduisante dans un département comme l\'Eure-et-Loir.

Il serait sans doute souhaitable de l\'élargir aux non-­adhérents, voire de l\'étendre aux départements limitrophes.

En tout cas, des rencontres sont programmées entre JA et des acteurs de la distribution et se rapprocher des abattoirs du secteur pourrait permettre d\'avancer. En attendant, la piste est ouverte…

R.B. et H.C.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité