Aller au contenu principal

La filière céréalière bio régionale cherche des producteurs

L’Union coops bio céréales (UCBC) a tenu son assemblée générale le 7 février à Senlis (Oise). L’occasion de dresser son bilan et de tracer ses perspectives.

L’UCBC (Union coops bio céréales), née en 2011 pour mutualiser la logistique et la mise en marché des produits biologiques des coopératives régionales, a organisé son assemblée générale annuelle à Senlis (Oise) le 7 février. Son président, Thierry Legris, a entamé l’après-midi par le bilan de l’activité : 3,9 millions d’euros de chiffre d’affaire pour 10 000 tonnes de céréales commercialisées et surtout une vraie dynamique de conversion à l’agriculture biologique car les livraisons en 2e année de conversion (C2) sont en hausse.

L’UCBC ne commercialise pas directement la production de ses coopératives mais a confié cette mission à Centre bio. Son directeur, Gilles Renart, a dressé le portrait de la filière bio en France. Malgré un chiffre d’affaires de 8 milliards d’euros en 2017 et une tendance à la hausse de 18 %, la bio ne représente que 2 % de l’agroalimentaire en France. Elle bénéficie de particularités. Ainsi, la vente directe par les producteurs représente 1 milliard d’euros, la filière viti-vinicole y est plus représentée (10 % du marché), un tiers des volumes est vendu dans des magasins spécialisés et la vente en GMS (grandes et moyennes surfaces) se développe rapidement pour atteindre 50 % des ventes. Selon Gilles Renart, c’est un signe de maturité : « le bio n’est plus un marché de niche ».
La collecte et la commercialisation des céréales bio posent des difficultés auxquelles les coopératives céréalières de l’UCBC ont dû faire face. D’abord, les nombres de céréales livrées est beaucoup plus important à cause des assolements plus diversifiés. Ensuite, l’accompagnement des producteurs est différent : il n’est pas rare qu’un conseiller en bio rayonne sur quatre départements et suive une centaine d’agriculteurs. L’approche transport est également plus compliquée : les producteurs étant éparpillés, 100 km d’approche jusqu’au silo bio au lieu de 15 km en moyenne. Les livraisons étant plus sales, le travail du grain sera plus poussé. Pour optimiser le transport, on raisonne par camion plein, contre des bateaux ou des trains pleins en conventionnel. Enfin, en bio, les analyses sont plus fréquentes. Au final, les coûts de collecte, approche, transport, investissement, stockage et travail du grain sont supérieurs en bio et la filière doit les assumer.

La parole a été donnée ensuite à Olivier Deseine, des Moulins de Brasseuil, de Mantes-la-Jolie (Yvelines), qui proposent quatre gammes : du bio, des farines écrasées à la meule, de la farine Label Rouge et du local « produit en Ile-de-France ». Il a rappelé que la consommation de pain en France est la plus basse jamais connue, à moins de 100 g/jour. Les consommateurs ont évolué, sont plus sensibles à l’environnement, en quête d’expériences et considèrent que l’acte d’achat est militant. Ils sont prêts à consommer moins mais mieux. « C’est la fin de la consommation de masse et, à terme, le bio pourrait représenter de 25 à 30 % des achats ». Cependant, les meuniers rencontrent des difficultés pour s’approvisionner en céréales bio et sont obligés d’importer. « Nous devons segmenter le marché en fonction des lots et nous devons créer à terme une filière blé bio français. Car le local est le critère de choix des consommateurs », a affirmé le meunier. Le bio seul ne suffit plus, il faut qu’il soit local et cela, le consommateur doit pouvoir le repérer immédiatement.

Dominique Lapeyre-Cavé

Des capacités de développement

Douze coopératives des Hauts-France, d’Ile-de-France, de Normandie et du Centre-Val de Loire composent actuellement l’UCBC : Agora, Bonneval Beauce et Perche, Cerena, Coopérative agricole de Milly-sur-Thérain, Noriap, Sana Terra, Scael, Sevepi, Terre Bocage Gatinais, Ucac, Uneal et Valfrance. Quelques chiffres : 350 agriculteurs livreurs ; 18 000 t de capacité de stockage ; 10 000 t collectées pour la récolte 2017 ; 25 000 t d’ici la récolte 2021...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

À Paris, jeudi 28 avril. Animée par Sandrine Corman, la convention Groupama était présidée par Jean-Christophe Mandard (à g.) et Laurent Bouschon.
Exercice 2021 contrasté pour Groupama Paris-Val de Loire
La caisse régionale de Groupama Paris-Val de Loire a tenu sa grande convention annuelle jeudi 28 avril à la Philharmonie de Paris.
Le 28 avril, à Gallardon. Les acteurs de la filière lin oléagineux se sont retrouvés dans les champs, pour suivre différents ateliers.
La filière lin oléagineux se retrouve à Gallardon
Valorex, Semences de France et Lin 2000 ont organisé le 28 avril une rencontre à Gallardon, à l’occasion de la Journée nationale…
Comice : rendez-vous à Morée les 21 et 22 mai
Cette année, le comice agricole aura lieu les 21 et 22 mai dans le Vendômois, à Morée.
L'observation de la structure d'une motte de terre est une étape primordiale.
L’implantation du colza 2022-2023 se travaille dès maintenant
L'implantation du colza 2022-2023 se réfléchit dès maintenant. Il est important de prendre en compte plusieurs facteurs pour le…
Jeudi 5 mai, à Theuville. AC Négoce Coupé a invité ses clients à se retrouver autour d'un événement consacré au colza.
Le colza dans tous ses états avec AC Négoce Coupé
AC Négoce Coupé a organisé un événement autour de la culture du colza le 5 mai à Theuville. L'occasion d'une revue d'effectif et …
François-Xavier Rone devant son enrouleur.
La pluie se fait attendre
Depuis le début de ce mois de mai, l’inquiétude grandit dans le monde agricole. L’eau se fait attendre et les fortes chaleurs…
Publicité