Aller au contenu principal

CO2
La filière « luzerne déshydratée » souhaite un traitement différent de celui des cimenteries

Coop de France déshydratation, filière de la luzerne déshydratée, souhaite avoir un traitement différent de celui des industries fortement émettrices de CO2, type cimenteries, dans le nouveau système d'échanges de quotas de CO2.

Fabrication de bouchons de luzerne déshydratée servant à l'alimentation animale.
Fabrication de bouchons de luzerne déshydratée servant à l'alimentation animale.
© Coop de France Déshydratation

Coop de France déshydratation, filière de la luzerne déshydratée, souhaite avoir un traitement différent de celui des industries fortement émettrices de CO2, type cimenteries, dans le nouveau système d'échanges de quotas de CO2, a-t-elle indiqué le 17 janvier lors d’une conférence organisée par la chaire économie-climat de Paris-Dauphine. Elle demande qu’il soit tenu compte non pas seulement des seules émissions de CO2 de ses usines de déshydratation, mais de ses effets anti-émissions de gaz à effet de serre de la culture de la légumineuse qu’est la luzerne. Comme toutes les légumineuses, la luzerne capte l’azote de l’air et ne nécessite donc pas d’engrais azotés, dont l’industrie est fortement émettrice de CO2 et l’épandage émetteur de protoxyde d’azote, un puissant gaz à effet de serre. L'application à leur secteur de la fiscalité climat en l'état, conçue pour des industries polluantes (énergie, cimenterie,...) « conduirait, par déficit de compétitivité des usines, à une délocalisation de la production de protéines » alors même que l'Europe vient d'en réaffirmer le caractère stratégique. Les écosystèmes « seraient également privés des précieuses aménités environnementales de 70 000 hectares de luzerne » sur la qualité de l'eau et le maintien de la biodiversité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité