Aller au contenu principal

Compétition
La finale nationale de labour, événement phare des Terres de Jim en Beauce

Le dimanche 11 septembre prochain aura lieu la grande finale nationale de labour. Un événement que beaucoup de passionnés et d’agriculteurs attendent avec impatience. À l’issue de la journée, les vainqueurs du championnat seront dévoilés.

Les 9, 10 et 11 septembre 2016, la Vendée a accueilli la finale nationale de labour à Landevieille, à quelques kilomètres de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.
Les 9, 10 et 11 septembre 2016, la Vendée a accueilli la finale nationale de labour à Landevieille, à quelques kilomètres de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.
© JA45

Avant l’année 2014, la plus grande fête agricole de plein air d’Europe portait le nom de la finale nationale de labour. L’événement Terres de Jim, tel que nous le connaissons aujourd’hui, n’est que la nouvelle appellation de cette finale qui existe depuis plus de 65 ans. C’est donc autour de cette compétition que cette fête agricole a été créée.

Le premier championnat de France de labour a été organisé en 1954 dans le département de la Marne. Depuis, il conserve sa raison d’être puisqu’il rassemble dans le pays les jeunes de 600 cantons, 80 départements et 23 régions. « Lors de la grande finale aux Terres de Jim en Beauce, les spectateurs pourront voir s’affronter les meilleurs jeunes de chaque région », explique Raphaël Ramond, organisateur de la finale nationale de labour pour les Terres de Jim en Beauce et membre du jury. Et de poursuivre, « pour cette huitième édition, 30 laboureurs seront attendus, 15 jeunes dans deux catégories différentes. »

Des épreuves cantonales jusqu’au national

La compétition de labour est organisée pendant l’été. Le championnat débute au niveau des cantons et se termine, aux Terres de Jim en septembre, au niveau national. « Les jeunes vont faire des concours dans les cantons à partir du mois de juin. Les meilleurs participants des cantons vont monter au niveau départemental. Les meilleurs jeunes des départements continueront leur ascension jusqu’au niveau régional. Lors des Terres de Jim en Beauce, les visiteurs verront s’affronter les meilleurs de chaque région », résume l’organisateur. Dans le labour, les jeunes agriculteurs peuvent s’affronter dans deux catégories : le labour en planches, avec des charrues simples, et le labour à plat, avec des charrues réversibles. Le but étant pour chaque concurrent d’obtenir un labour présentant des sillons bien réguliers, retournés mais aussi visibles sur une longueur donnée.

Un vainqueur par catégorie

La finale nationale de labour débutera le dimanche 11 septembre à partir de 9 h 30 pour la bénédiction des laboureurs. L’ouverture de la compétition sera donnée à 11 h 30 pour les deux catégories. Cette première manche finira aux alentours de 11 h 50. À partir de 13 heures, les concurrents prendront place pour le second départ. La compétition prendra fin à 15 h 10. Le jury aura un peu moins de deux heures pour délibérer. Ce n’est qu’à 17 heures que les résultats seront donnés. Les vainqueurs de la catégorie en planches et à plat seront annoncés. Les deux champions ne pourront pas remettre leur titre en jeu au sein de leur catégorie respective car le règlement l’interdit.

+ d’infos

Pour participer au championnat de France de Labour, il faut être âgé entre 16 et 38 ans, être issu du monde agricole mais aussi relever du régime social MSA.

Lénaïc Verkest vise la finale nationale de labour

Lénaïc Verkest, 20 ans, vise cette année la participation à la finale nationale de labour. Le loirétain a commencé les concours de labour à l’âge de 16 ans. Plus jeune, il voyait déjà son frère s’entraîner. « Ce qui m’a vraiment donné envie de me lancer à mon tour c’est de voir mon frère s’entraîner et y participer. J’étais tout le temps avec lui », confie-t-il. Avec l’événement organisé dans son département, Lénaïc souhaite franchir toutes étapes jusqu’à obtenir sa participation aux Terres de Jim en Beauce.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité