Aller au contenu principal

La Foire des cours fait son retour

La 1 441e Foire des cours s'est déroulée dimanche 20 mars à Gien, sous la pluie.

Après un an d’absence à cause de la crise sanitaire, la Foire des cours a fait son grand retour dimanche 20 mars, place de la Victoire à Gien. Vieille d’environ 1 430 ans, cette ancestrale fête agricole giennoise a réuni animaux de la ferme, matériel agricole (ancien comme récent) ainsi qu’un marché des producteurs.

Une fête agricole giennoise

Malgré la pluie, de nombreux visiteurs ont fait le déplacement pour cette 1 441e édition de la Foire des cours. Traditionnellement organisée le deuxième mardi de Carême, il s’agit d’une des fêtes agricoles les plus anciennes de France. « Quand j’étais petit, la Foire des cours avait lieu le mardi, lors de la journée du maire, précise, Jérôme Loiseau, président de l'Association de la Foire des cours. Les agriculteurs venaient y vendre leur production, ce qui faisait monter les cours du marché ». C’est en 1998, après quelques années sans cette fête locale, que le maire de Gien de l’époque la déplace au dimanche, espérant ainsi attirer davantage le grand public.

Désormais, la Foire des cours s’est réduite par sa taille et sa durée, passant d’une journée complète à une demi-journée. Pour lui rendre sa superbe, Jérôme Loiseau, arrivé à la présidence de l’association il y a deux ans, espère enrichir le marché des producteurs. « Nous avons essayé d’étoffer le marché des producteurs au maximum avec des agriculteurs locaux », souligne-t-il. Vingt-sept producteurs étaient présents dimanche pour vendre leurs produits fermiers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité