Aller au contenu principal

La forêt est source d’emplois en région Centre Val de Loire

Lundi dernier, Arbocentre a organisée une conférence publique à Orléans dans le cadre de la journée mondiale des Forêts.

© Sabrina Beaudoin

Dans le cadre de la Journée Internationale des Forêts, Arbocentre a organisé une conférence grand public à Orléans lundi dernier. Cela avait pour objectif de mieux faire connaître les forêts de la région Centre‐Val de Loire ainsi que leurs enjeux sociaux, économiques et environnementaux, telles qu’elles sont aujourd’hui et telles qu’elles seront demain, notamment face au changement climatique. La France est le 3e pays le plus boisé de l’Union Européenne et possède un patrimoine forestier considérable et parfois méconnu. 17 millions d’hectares, 40 millions de m3 récoltés…

Trois fonctions essentielles

La forêt a plusieurs fonctions :

• Economique : source de plus de 550 000 emplois en France,
• Sociale : loisirs, culture, sport, art, tourisme
• Ecologique : production d’oxygène, épuration de l’air et de l’eau, stabilisation des sols, séquestration du CO2, et abri d’une biodiversité très riche.

La forêt de la Région Centre Val de Loire est gérée par 200 000 propriétaires forestiers. «La forêt en région Centre Val de Loire représente plus de 940 000 hectares avec une augmentation de 2000 hectares par an depuis 100 ans. On y retrouve 80% de feuillus, 65% de chênes, 2% de peupliers. 1 760 000 m3 sont commercialisés (1 100 000 m3 feuillus (60%) et 660 000 m3 résineux (40%) ) pour réaliser du bois d’œuvre, bois d’industrie, bois d’énergie, bois de feu… » précise Eric de la Rochere, directeur Arbocentre. La forêt dans le Loiret représente 191 000 hectares.

La forêt est au cœur de l’activité économique. « En région centre il existe 40 scieries et
18 merranderies. Cela représente 140 000 m3 par an. Pour l’ameublement, c’est 2400 emplois crées avec 53 entreprises individuelles. Dans la construction, c’est 9000 emplois. Il faut du bois pour faire la charpente d’une maison, ou créer vos meubles de cuisine » poursuit le directeur Arbocentre. «La forêt génère une très importante valeur économique en région Centre. Le bois c’est 2 700 entreprises et 3 milliards d’€ de chiffre d’affaires » insiste-t-il. En plus de ses fonctions économies, la forêt a non seulement des fonctions sociales mais aussi et surtout des fonctions environnementales.

Une forêt jeune capte plus de CO2

« Une forêt jeune et en bonne santé capte davantage de CO2. C’est la raison pour laquelle il faut chouchouter la forêt » précise Christine Pompougnac, responsable communication Arbocentre.

« La biodiversité forestière est une grande richesse. Les forestiers y sont favorables. L’objectif est de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serres en
50 ans
» poursuit-elle. « Pour cela il faut prendre soin de la forêt. Il faut maintenir sa productivité, sa diversité biologique, sa capacité de régénération, sa vitalité  et avoir la capacité à satisfaire, actuellement et pour le futur, les fonctions économiques, écologiques, et sociales. C’est ça la gestion durable d’une forêt »

Le changement climatique est donc une réalité en forêt. « La floraison est plus précoce, les espèces migrent vers le Nord, certaines variétés dépérissent, des maladies alors disparues reviennent. La sécheresse (2003 et 2015) et la forte pluviométrie (2013-2014) n’ont pas permis aux nouvelles plantations de voir le jour » explique Christine Pompougnac.

Pour prévenir du changement climatique, il faut garder à l’esprit certains éléments.

• une forêt jeune et bien portante capte davantage de CO2
• le bois d’œuvre stocke le carbone plus longtemps que les autres débouchés
• une sylviculture dynamique permet de réduire le stress en forêt, de renouveler les parcelles  et de produire plus de bois. Cela réduit le risque de dépérissement des arbres.
• Il faut donc réduire le nombre de tiges par coupes régulières et raccourcir le cycle de vie des arbres (délai entre 2 coupes)

« Mieux gérer sa forêt, c’est un premier pas. L’arbre a besoin de lumière et d’espace. Il faut savoir que la forêt permet non seulement de capter du CO2 mais aussi de filtrer et d’épurer l’eau (Ex : l’eau de Chambon-la-forêt), de maintenir le climat et de conserver la biodiversité. C’est pour ça qu’il faut en prendre soin » conclu Christine Pompougnac.

A savoir : Le Plan Simple de Gestion (PSG)
• Obligatoire pour toute forêt ≥ 25 ha
• Valable 10 à 20 ans
• Etabli par le propriétaire ou personne mandatée

 

3 étapes :
• Quelle est ma forêt ? Espèces, âges, homogénéité, Gibier, faune-flore... Réglementation
• Pour quoi faire ? : Objectifs (bois, chasse...)
• Comment ? Coupes (année, type et prélèvement)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité