Aller au contenu principal

« La fraise connaît une crise »

Laurent Renaud, directeur du Cadran de Sologne (Loir-et-Cher), analyse la conjoncture fraisicole sur fond d’épidémie du coronavirus.

Horizons  : Pouvez-vous nous présenter le Cadran de Sologne en quelques mots  ?

Laurent Renaud  : Le Cadran de Sologne est une coopérative de fruits et de légumes créée en 1981. La structure compte vingt-quatre adhérents. L’un d’eux produit uniquement des poireaux, dix-huit exploitations sont spécialisées en fraises et les cinq autres produisent des poireaux et des fraises. Notre production annuelle de poireaux s’élève à 2 800 t. Elle est d’environ 2 350 t en fraises. Pour la fraise de printemps (2 000 t), on commence le 15 avril et on s’arrête le 30 juin. La saison des fraises remontantes (350 t) démarre le 1er juillet et s’arrête aux premières gelées, vers le 15 novembre. La saison des poireaux s’étale de septembre à mi-avril pour les plus tardifs.

Quelles sont les conséquences du coronavirus sur la production de fraises  ?

La plus grosse conséquence se fera sentir d’ici deux à trois semaines (cet entretien a été réalisé le 31 mars, NDLR), au moment des premières récoltes. Nous sommes à 40  % de disponibilité en main-d’œuvre saisonnière. Si rien ne change, nous perdrons 60  % de notre récolte. Certes, ce n’est pas aussi linéaire. Des exploitants arrivent à 75  % de leur potentiel. En revanche, ceux qui travaillent avec des entreprises intérimaires polonaises, bulgares, roumaines ou espagnoles souffrent d’un manque criant avec 10  % à 15  % de personnel disponible.

Concrètement, combien de saisonniers vous faut-il  ?
Nous avons besoin de mille personnes. Or il nous en manque six cents. Je parle bien de cueilleurs de fraises et non de retraités, d’étudiants ou de salariés en chômage technique. Ces personnes se proposent de donner un coup de main. Nous les remercions. Mais la saison des fraises n’est pas un travail à temps partiel. Ce sont six jours de cueillette par semaine à temps plein.

Quel profil de saisonnier recherchez-vous  ?

Ce sont des personnes qui ont l’habitude de travailler dans l’agriculture. Jusqu’à présent, nous recourions à une main-d’œuvre d’Europe de l’Est car nous ne trouvions pas sur place le personnel dont nous avions besoin. Pour la fraise en sol, il faut être courbé. C’est pénible. En mai, dans les tunnels, il fait un peu chaud. Il faut donc avoir de bonnes aptitudes physiques pour récolter des fraises.

Qu’est-ce qui empêche votre main-d’œuvre habituelle de venir cueillir les fraises  ?

Ces personnes sont disponibles mais elles sont bloquées dans leurs pays respectifs, que ce soit en contrats directs ou en travailleurs détachés. Cela vaut aussi pour les contrats OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration) avec le Maroc.

Le problème est-il le même pour les poireaux  ?

Les ateliers qui avaient encore des poireaux au moment où l’épidémie du coronavirus a éclaté disposaient de leur personnel. Certes, cette main-d’œuvre s’est un peu effritée, notamment des mamans qui sont restées auprès de leurs enfants lorsque les écoles ont été fermées. Mais, globalement, nous n’avons pas rencontré de gros souci.

Pour en revenir aux fraises, quelles sont les solutions auxquelles vous réfléchissez  ?

C’est très compliqué. Comme je vous le disais, des gens pleins de bonne volonté nous appellent. Des universités nous contactent pour mettre en place une bourse de l’emploi auprès des étudiants. Or le problème est le suivant  : à la fin du confinement, par exemple en pleine saison, mi-mai, ces personnes retourneront dans leurs universités ou leurs entreprises. Pour nous, ce n’est pas une solution satisfaisante. Si, en Sologne, le personnel disponible ayant l’habitude de travailler dans la fraise existait, nous n’aurions pas rencontré ces problèmes. Or, tous les ans, nous avons des difficultés de recrutement. Les producteurs sollicitent les saisonniers pour voir s’ils connaissent des gens dans leur famille. Mais je ne sais pas d’où peut venir le miracle. Nous sommes dans l’incertitude.

Quelle visibilité avez-vous pour la commercialisation des fraises  ?

La fraise est un produit spéculatif. La semaine dernière, les magasins n’avaient pas référencé les produits français dans les rayons. C’était également le cas pour l’asperge. Conséquence  : les cours étaient au plus bas. Les collègues des autres régions jetaient de la fraise, en dégageaient dans l’industrie, en offraient aux œuvres caritatives ou aux hôpitaux. C’était sauve-qui-peut  ! En revanche, les producteurs du Sud-Ouest de la France disposent d’une main-d’œuvre. Ils seront donc moins pénalisés que nous. L’AOPN, Association d’organisations de producteurs nationale Fraises de France, a demandé à la grande distribution de basculer sur la production française. Les magasins ont mis le produit en avant et, la semaine dernière, mes collègues manquaient de marchandise. Les prix remontent progressivement. Nous espérons que les indicateurs seront revenus au beau fixe d’ici Pâques.

Quel est le cours des fraises en cette fin mars  ?

En gariguette, nous sommes à 1,50 euro la barquette de 250 grammes, soit six euros le kilo. Habituellement, à cette période de la saison, nous sommes à 2,50 euros la barquette. La fraise ronde est à 4 euros le kilo, soit 50  % du prix habituel. Depuis deux semaines, la fraise connaît une crise.

À quoi est-elle due  ?

La production est arrivée et il n’y avait pas de débouchés en face. La grande distribution n’a pas privilégié les produits de printemps dans la mesure où les gens se ruaient dans les magasins pour acheter des produits de première nécessité. Or la fraise et l’asperge sont des produits festifs. Les producteurs d’asperges vertes de Chambord sont également pénalisés par la fermeture des restaurants (lire le témoignage ci-contre).

Un mot de conclusion  ?

Nous gardons le moral même si les indicateurs ne sont pas bons. Ni les adhérents de la coopérative ni les salariés ne sont atteints par le coronavirus. Or protéger tout le monde est une priorité. Travailler dans l’agriculture est plus pénible qu’ailleurs. C’est la raison pour laquelle les gens ne se bousculent pas pour venir dans nos champs. J’espère néanmoins que nous trouverons de la main-d’œuvre afin de sauver un maximum de fraises. Avec un peu de chance, du soleil mais sans chaleur excessive au printemps et une consommation au rendez-vous, nous parviendrons peut-être à réaliser une saison correcte.

Propos recueillis par Olivier Joly

Les plus lus

Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Vincent Michelet montre la graine au stade «	germée 2 cm	» dont raffolent les corbeaux.
Appel aux agriculteurs pour réclamer une indemnisation des dégâts de corvidés
En juin, de nombreux agriculteurs constatent, comme à l'accoutumée, que les corbeaux et autres corvidés ont fait des semis leurs…
Le 13 juin, à Châteaudun. L'irrigation est un sujet important mais les animaux sont indispensables à la réussite de Plus belle la campagne.
Plus belle la campagne apporte l'irrigation à Châteaudun
Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir a organisé son opération Plus belle la campagne le 13 juin à Châteaudun, autour du thème de l'…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Publicité