Aller au contenu principal

La grippe aviaire se propage

Un troisième foyer de grippe aviaire a été détecté en Seine-et-Marne. Différents niveaux de mesures de restrictions sont instaurés pour les élevages situés dans un rayon de 20 kilomètres autour de l’épicentre situé à Fontenailles.

© Horizons / Illustration

Les inquiétudes ne cessent pas de croître en Seine-et-Marne face à la grippe aviaire. Après deux cas avérés dans une structure non professionnelle à Favières et dans la faune sauvage (oies bernaches) sur le site de Village nature à Villeneuve-le-Comte, c’est au tour d’une chasse commerciale de Fontenailles d’avoir son avifaune résidente fortement contaminée. 7 000 oiseaux ont été abattus et un nouvel arrêté se met en place autour de l’épicentre de la contamination.

Ainsi, un nouvel arrêté préfectoral définit des zones concentriques déterminant les périmètres autour du foyer d'élevage. Les règles qui s'appliquent aux élevages se font moins contraignantes à mesures qu’on s’éloigne du point de contamination. Au total, 124 communes sont concernées.

Pour rappel, un périmètre de zéro à 3 kilomètres de rayon (dite zone de protection), qui couvre sept communes, oblige notamment à la mise à l’abri des volailles de tous les détenteurs, limite les mouvements d’oiseaux, renforce la biosécurité et la vigilance sanitaire des élevages professionnels et non professionnels (basses-cours et oiseaux d’ornement) et interdit les lâchers de gibiers à plumes.

Dans le périmètre de 3 à 10 kilomètres de rayon (dite zone de surveillance), qui concerne 39 communes, des mesures pour mettre à l’abri les volailles de tous les détenteurs, limiter les mouvements des volailles en provenance ou à destination des seuls élevages professionnels, interdire les lâchers de gibiers à plumes sont prises. Enfin, 124 communes sont concernées par la zone réglementée supplémentaire (rayon de 10 à 20 kilomètres de rayon) où s’appliquent des mesures pour mettre à l’abri les volailles de tous les détenteurs et autoriser sous conditions les mises en place et les sorties de volailles à destination ou en provenance des élevages professionnels de cette zone.

Si la situation ne se dégrade pas, l’ensemble des mesures sera levé le 14 novembre. L'objectif de ces mesures vise à limiter les contacts entre les oiseaux domestiques et les oiseaux sauvages avifaunes.

Toutefois, si les animaux touchés ne proviennent par d’ateliers avicoles professionnels, l’activité de ces derniers s’en trouvent fortement impactée. Dix élevages professionnels (volailles et gibiers de chasse) se situent à moins de 10 kilomètres de Fontenailles par exemple. Et les inquiétudes sont décuplées à l’approche des fêtes de fin d’année, une période importante pour ces éleveurs.

À l’heure où nous bouclons ces lignes, une suspicion se fait jour au nord du département, et dans le Loiret, un cas est confirmé à la frontière de la Seine-et-Marne. La vigilance est donc de mise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité