Aller au contenu principal

A La Loupe, les geeks planchent sur l’agriculture

Une plateforme qui centralise les circuits de vente d’une éleveuse caprine pour l’aider à mieux gérer ses stocks, des lunettes connectées pour évaluer les performances des vaches à viande, un portail de vente en ligne de produits du Perche, une radio d’infos agricoles…

Ils ont gagné ! Dans l’ordre inverse du podium : premier, le projet Trapeze qui vise à décomplexifier la réglementation agricole ; en deuxième, le projet Poneo, une solution de management des centres équestres, et enfin, en troisième ex-aequo, les projets Ubreed, une sorte de Tripadvisor des fruits et légumes, et Agripedia, un simulateur de culture. Bravo à eux ! Le palmarès du premier hackathon agricole a été remis dimanche 14 juin en clôture du comice agricole du Perche et Dunois, à La Loupe.

Ce sont quelques uns des vingt projets innovants et tournés vers l’agricole qui ont fait l’objet d’un concours de programmation informatique - un « hackathon » - organisé par l’école numérique de La Loupe - la Wild code school - à l’occasion du comice.

Ce vendredi 12 juin, à la salle des fêtes de La Loupe, les porteurs de projets viennent tour à tour sur scène pour présenter leur idée. En seulement trois minutes, il doivent convaincre des graphistes, des programmeurs web et autres fondus d’informatique de rejoindre leur projet.

La salle est comble. Un peu plus tôt, les représentants du département, de l’agriculture et du numérique se sont succédé au micro. Hervé Pillaud, « a-geek-ulteur » en Vendée et mentor du hackathon, s’est exclamé : « c’est la première fois qu’on regroupe hackathon et agriculture… j’ai hâte de voir vos projets ! »

Même enthousiasme chez Eric Thirouin, le président de la chambre d’Agriculture d’Eure-et-Loir : « je suis convaincu que de belles pépites vont émerger pour développer l’agriculture ! »

Un peu plus tard, vers 22h, les équipes se sont formées autour de onze projets. C’est parti pour deux jours de code et d’échanges !

Samedi 13 juin en fin de matinée, alors que les concours de vaches laitières battent leur plein au comice agricole, faisons un tour du côté du château de La Loupe. C’est là que les onze équipes ont pris leurs quartiers. Malgré des petits soucis de wifi quelques heures plus tôt, les marathoniens du code sont à l’oeuvre.

Aux murs, de grandes feuilles pour matérialiser ce à quoi ressemblera le site, l’application, le logiciel. Sur les écrans, des lignes de code. Sur les tables, bonbons, nourriture, boissons.

Dans l’une des salles du premier étage, Jean-Charles travaille sur un logiciel à destination des agriculteurs. L’objectif est de  pouvoir « tracer les données parcellaires pour tirer des statistiques, mener des actions transversales, travailler sur l’évolution des rendements, etc. » Pour ce salarié de la SNCF, habitué des hackathons, coder est un hobby… mais  « quand on gagne, c’est encore mieux ! »

Non loin de là, Benjamin planche avec trois autres jeunes sur Open bee lab, une application « simple et open source » pour les apiculteurs, qui permet le suivi et le monitoring des ruches. L’outil se base sur un système de capteurs qui collectent des données dans les ruches (humidité, température, quantité de miel…).

Le développeur, ancien élève de la Wild code school, lance : « c’est un projet très prometteur, d’ailleurs plusieurs mentors viennent butiner autour de nous pour développer localement cette solution. »

Les mentors sont des personnes spécialisées dans l’agriculture ou l’entrepreneuriat numérique. Ils sont là pour conseiller les équipes pendant ces deux jours. Croisé entre deux portes, voilà d’ailleurs l’un d’entre eux. C’est Balthazar, l’un des fondateur de « The Family », une société d’investissement qui accompagne des startups. « Je suis là pour voir ce qui se passe dans le milieu agricole : c’est un marché qui est en train de bouger ».

Et quand on lui demande ce qui fait un bon entrepreneur : « C’est sa détermination et sa capacité à pouvoir se remettre en cause. « Les meilleurs sont ceux qui apprennent le plus vite et ont la capacité de grandir en même temps que leur boîte. »

Samedi 13 juin, 15h30. Retour à la salle des fêtes de La Loupe : les équipes font le point à mi-parcours, toujours en trois minutes, sur l’avancement des projets. Les traits commencent à fatiguer, certains, dans l’assistance, ont amené les ordinateurs pour ne pas perdre une minute.

Pour quelques équipes, déjà, les graphismes sont prêts. D’autres ont revu leurs exigences de départ à la baisse pour gagner en efficacité. « On a hâte de vous présenter le prototype fonctionnel dès demain ! », lance l’un des porteurs de projet.

C’est en effet ce dimanche 14 avril, à 15h, qu’ils passeront la ligne d’arrivée et devront présenter leurs projets définitifs. La remise des prix - trois mille euros pour les gagnants - aura lieu à 16h30, sur l’estrade du comice.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Zoom sur l'association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire
Marie-Christine Ligouis est présidente de l’association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire. Elle nous raconte l’histoire…
Publicité