Aller au contenu principal

La mer Morte, merveille mourante

Trésor naturel du Proche-Orient, la mer Morte est menacée d’extinction.

« Mer de sel » dans la Bible, « mer de Loth » en arabe, la mer Morte est en fait un immense lac, niché entre Israël, la Palestine et la Jordanie.

Ses rives ourlées de blanc, ses eaux variant du turquoise au bleu profond et ses abords arides et montagneux en font un site superbe, très prisé par les Instagrameurs.

Sa salinité inégalée - dix fois celle des océans - explique que l’on puisse y flotter et y admirer de spectaculaires concrétions de sel. Elle explique aussi son nom : ni poissons, ni algues macroscopiques n’y survivent.

Le lac est riche de nombreux minéraux, réputés pour apaiser la peau et les articulations, et stars de la cosmétique : les sels de bains, onguents, masques ou savons issus de la mer Morte sont légion. Cléopâtre elle-même aurait tiré de ces rivages le secret de sa beauté !

Au sud de la mer, en Israël comme en Jordanie, les usines d’extraction de minéraux foisonnent. La potasse, le magnésium, le sodium, le brome et l’acide phosphorique qu’on y produit permettent servent à la fabrication d’engrais industriels, de pièces automobiles ou encore d’insecticides, qui sont ensuite vendus dans le monde entier.

Cette exploitation intense accentue l’évaporation du plan d’eau et contribue à la catastrophe qui est en cours : la mer Morte est en train de disparaître. Elle a perdu un tiers de sa superficie en cinquante ans et son niveau décline de plus d’un mètre chaque année.

En cause aussi : le réchauffement climatique, et surtout la captation des eaux du Jourdain, en amont, pour les besoins en eau potable et en irrigation des pays voisins.

Cet assèchement provoque des trous d’effondrement et menace la stabilité des abords de la mer : des hôtels, des fermes et des plages ont déjà été abandonnés.

Pour enrayer le désastre, un projet colossal est en discussion depuis quelques années, ralenti par des freins financiers et géopolitiques.

Il s’agirait de pomper l’eau de la mer Rouge pour la rejeter dans la mer Morte, via un canal de 180 km qui relierait les deux mers via le golfe d’Aqaba.

Laure Sauvage

Pour en savoir plus, German Gutierrez s’intéresse dans son documentaire Que vive la mer Morte (2012) aux enjeux géopolitiques et économiques de la mer Morte, et à leurs répercussions sur sa disparition. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité