Aller au contenu principal

« La MFR m'a apporté des compétences professionnelles mais aussi intellectuelles »

Anaëlle et Benjamin, en 2e année de CAPa Sapver (Services aux personnes et vente en espace rural) à la MFR du Pithiverais évoquent leur parcours et parlent de leur formation.

© Doriane Mantez

Pourquoi êtes-vous venus à la MFR du Pithiverais ?
Anaëlle : Je cherchais une formation par alternance dans le domaine de la petite enfance ou du service à la personne. Le bon accueil de madame Gérard, qui représentait la MFR lors du forum de l'orientation à Orléans, m'a confortée dans mon choix.
Benjamin : Je suis venu à la MFR car j'aimerais travailler avec les personnes âgées. Elle est proche de mon domicile et ma soeur est déjà venue dans cet établissement.

Pourquoi avoir choisi l'alternance ?
A. : Je voulais autre chose qu'un enseignement général. Je voulais pouvoir découvrir un milieu socio-professionnel qui me validerait des compétences pour avoir un métier en adéquation avec mes souhaits.
B. : J'ai choisi l'alternance pour apprendre de nouvelles choses et les différents stages m'apportent un savoir-faire mais aussi un savoir-être bien utile pour mes cours.

Que recherchiez-vous en vous inscrivant à la MFR ?
A. : Je cherchais un accompagnement différent, de l'écoute, de l'aide, pas de jugements du type « de toute manière, t'es nulle, tu n'auras pas ton diplôme... ».
B. : Je cherchais l'accompagnement d'une personne qui écoute et d'une personne présente qui peut venir à mon aide en cas de difficultés.

Que vous a apporté la MFR ?
A. : La MFR m'a apporté des compétences professionnelles mais aussi intellectuelles ainsi qu'un approfondissement de mes connaissances. Le fait d'être en MFR, en alternance, permet de faire plusieurs stages par an alors que par la voie de l'apprentissage on est salarié d'une seule entreprise, et l'on ne peut donc pas découvrir plusieurs domaines ou métiers.
B. : Cela m'a permis de découvrir la vente, la petite enfance et de travailler auprès de personnes âgées. Par la voie de l'apprentissage, cela n'aurait peut-être pas été possible. J'ai aussi découvert une autre dimension de moi-même, le fait de vivre avec les autres, la bienveillance ainsi que l'autonomie.

Avez-vous apprécié d'être dans une petite structure, et si oui, pourquoi ?
A. : Le fait d'être dans une petite structure permet de mieux communiquer, d'être plus à l'écoute les uns avec les autres. J'ai aussi appris la notion de solidarité, d'entraide et d'investissement dans nos différents projets de classe ou de vie. Le relationnel avec les moniteurs est bon. On peut leur parler quand on a un problème. Ils nous encouragent, ils nous suivent bien en stage, ils s'intéressent à ce que l'on fait mais aussi à notre avenir.
B. : Oui, car on peut s'entraider. Il y a moins d'élèves donc plus d'écoute, de bienveillance mais aussi moins de bruit. Les moniteurs sont présents, à l'écoute et font des remarques toujours de manière positive. Chaque moniteur est responsable d'un petit groupe d'élèves. Ils peuvent ainsi nous suivre en stage durant nos deux années de formation.

Et l'internat ?
A. : Au départ je venais à l'internat un peu à reculons et maintenant je viens sans problème. On a notre confort, notre intimité mais aussi des moments de partage lors des veillées ou des repas.
B. : Tout se passe bien pendant les veillées. J'apprécie d'être avec mes camarades dans la même chambre. À chaque session, on fait des veillées différentes, et je partage un bon moment avec les autres.

La MFR du Pithiverais en trois mots ?
A. : Conviviale, professionnelle, enrichissante.
B. : Généreuse, à l'écoute, remotivante.

En savoir +
Pour plus d’informations sur les formations proposées à la MFR du Pithiverais, n’hésitez à prendre contact au 02.38.34.12.70, à découvrir le site www.mfr-ascoux.fr.

Les plus lus

Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Vincent Michelet montre la graine au stade «	germée 2 cm	» dont raffolent les corbeaux.
Appel aux agriculteurs pour réclamer une indemnisation des dégâts de corvidés
En juin, de nombreux agriculteurs constatent, comme à l'accoutumée, que les corbeaux et autres corvidés ont fait des semis leurs…
La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Damien Chardon, exploitant agricole à Chevrainvilliers.
Les Fruits rouges de mon jardin et ses légumes
Depuis plus de vingt ans, Damien Chardon, exploitant agricole à Chevrainvilliers, s’est diversifié dans la production de fruits…
Le 13 juin, à Châteaudun. L'irrigation est un sujet important mais les animaux sont indispensables à la réussite de Plus belle la campagne.
Plus belle la campagne apporte l'irrigation à Châteaudun
Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir a organisé son opération Plus belle la campagne le 13 juin à Châteaudun, autour du thème de l'…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité