Aller au contenu principal

« La MFR m'a apporté des compétences professionnelles mais aussi intellectuelles »

Anaëlle et Benjamin, en 2e année de CAPa Sapver (Services aux personnes et vente en espace rural) à la MFR du Pithiverais évoquent leur parcours et parlent de leur formation.

© Doriane Mantez

Pourquoi êtes-vous venus à la MFR du Pithiverais ?
Anaëlle : Je cherchais une formation par alternance dans le domaine de la petite enfance ou du service à la personne. Le bon accueil de madame Gérard, qui représentait la MFR lors du forum de l'orientation à Orléans, m'a confortée dans mon choix.
Benjamin : Je suis venu à la MFR car j'aimerais travailler avec les personnes âgées. Elle est proche de mon domicile et ma soeur est déjà venue dans cet établissement.

Pourquoi avoir choisi l'alternance ?
A. : Je voulais autre chose qu'un enseignement général. Je voulais pouvoir découvrir un milieu socio-professionnel qui me validerait des compétences pour avoir un métier en adéquation avec mes souhaits.
B. : J'ai choisi l'alternance pour apprendre de nouvelles choses et les différents stages m'apportent un savoir-faire mais aussi un savoir-être bien utile pour mes cours.

Que recherchiez-vous en vous inscrivant à la MFR ?
A. : Je cherchais un accompagnement différent, de l'écoute, de l'aide, pas de jugements du type « de toute manière, t'es nulle, tu n'auras pas ton diplôme... ».
B. : Je cherchais l'accompagnement d'une personne qui écoute et d'une personne présente qui peut venir à mon aide en cas de difficultés.

Que vous a apporté la MFR ?
A. : La MFR m'a apporté des compétences professionnelles mais aussi intellectuelles ainsi qu'un approfondissement de mes connaissances. Le fait d'être en MFR, en alternance, permet de faire plusieurs stages par an alors que par la voie de l'apprentissage on est salarié d'une seule entreprise, et l'on ne peut donc pas découvrir plusieurs domaines ou métiers.
B. : Cela m'a permis de découvrir la vente, la petite enfance et de travailler auprès de personnes âgées. Par la voie de l'apprentissage, cela n'aurait peut-être pas été possible. J'ai aussi découvert une autre dimension de moi-même, le fait de vivre avec les autres, la bienveillance ainsi que l'autonomie.

Avez-vous apprécié d'être dans une petite structure, et si oui, pourquoi ?
A. : Le fait d'être dans une petite structure permet de mieux communiquer, d'être plus à l'écoute les uns avec les autres. J'ai aussi appris la notion de solidarité, d'entraide et d'investissement dans nos différents projets de classe ou de vie. Le relationnel avec les moniteurs est bon. On peut leur parler quand on a un problème. Ils nous encouragent, ils nous suivent bien en stage, ils s'intéressent à ce que l'on fait mais aussi à notre avenir.
B. : Oui, car on peut s'entraider. Il y a moins d'élèves donc plus d'écoute, de bienveillance mais aussi moins de bruit. Les moniteurs sont présents, à l'écoute et font des remarques toujours de manière positive. Chaque moniteur est responsable d'un petit groupe d'élèves. Ils peuvent ainsi nous suivre en stage durant nos deux années de formation.

Et l'internat ?
A. : Au départ je venais à l'internat un peu à reculons et maintenant je viens sans problème. On a notre confort, notre intimité mais aussi des moments de partage lors des veillées ou des repas.
B. : Tout se passe bien pendant les veillées. J'apprécie d'être avec mes camarades dans la même chambre. À chaque session, on fait des veillées différentes, et je partage un bon moment avec les autres.

La MFR du Pithiverais en trois mots ?
A. : Conviviale, professionnelle, enrichissante.
B. : Généreuse, à l'écoute, remotivante.

En savoir +
Pour plus d’informations sur les formations proposées à la MFR du Pithiverais, n’hésitez à prendre contact au 02.38.34.12.70, à découvrir le site www.mfr-ascoux.fr.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Chartrexpo, à Chartres, sert de cadre à la tenue du 74e congrès de la Section nationale des propriétaires ruraux.
Deux journées bien remplies pour les propriétaires ruraux
Le 74 e congrès de la Section nationale des propriétaires ruraux se déroule à Chartres les 1 er et 2 juillet. Une centaine de…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Aubepierre-Ozouer-le-Repos, mardi 22 juin. La rencontre avec le député Sempastous a permis des échanges directs sur le projet de loi d'urgence de régulation de l’accès au foncier à travers des sociétés.
Le député Jean-Bernard Sempastous sur le terrain francilien
Jean-Bernard Sempastous, député à l’origine d’une proposition de loi d’urgence sur la régulation du foncier, a échangé avec la…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
André Cellier montre la partie de liège à retirer sur le fruit, ce qui n'empêche en rien sa consommation.
Valoriser au mieux les fruits abîmés par le gel
Les arbres fruitiers ont eux aussi été touchés par les épisodes de gel. Les arboriculteurs tentent de limiter les dégâts en…
Publicité