Aller au contenu principal

La Motte-Tilly, maison de campagne

Le château de La Motte-Tilly, dans l’Aube, est un témoignage de la vie à la campagne des familles nobles à la fin du XXe siècle. Habité jusqu’en 1972, il est depuis propriété de l’État.

Visiter le château de La Motte-Tilly (Aube) c’est un peu comme découvrir une résidence secondaire. Construit en 1754 pour Joseph-Marie Terray, futur contrôleur général des finances de Louis XV et son frère, le château est conçu pour fuir le tumulte de Paris et les intrigues de la cour de Versailles. À la Révolution, le pouvoir en place décide de guillotiner le comte, qui a hérité du château de son oncle et de son père, malgré les bonnes relations qu’il entretient avec les habitants. Tout au long du XIXe siècle la propriété reste dans la même famille, jusqu’en 1910 où le comte de Rohan-Chabot la rachète à ses cousins.

À partir de là, le château s’offre une seconde jeunesse : le parc est redessiné, et les pièces rénovées pour offrir tout le confort moderne. Le comte y élève les deux enfants qu’il a eu avec Cécile Aubry-Vitet : Gilbert, tué en 1918 et Aliette, qui deviendra historienne de l’art et archéologue. Cette dernière sera l’instigatrice d’une profonde remise au goût du jour du château, durant les années 1960. Ainsi, certains murs sont repeints par un des créateurs de la maison Saint-Laurent, des meubles sont retapissés avec des motifs à fleurs contemporains… tout est rénové dans un seul but : que la fille que la comtesse a eu avec son époux, tué une semaine après son frère, hérite d’une demeure confortable.

Malheureusement, Claire, la fille de la comtesse, décède sans héritier quelques années avant sa mère. Cette dernière décide donc de léguer le château, avec son parc et des terres, à l’État, afin d’éviter toute dispersion du mobilier et que sa demeure continue à vivre. Son souhait était que « le visiteur puisse y ressentir le sentiment d’une présence ». Une exposition est par ailleurs consacrée à l’enfance d’Aliette et de Gilbert, dévoilant les jouets, activités et lectures des petits nobles au début du XXe siècle.

Aujourd’hui, un grand parc entoure le château, dont une partie est en réalité un arboretum dédié au tilleul avec plus de 73 variétés. C'est dans ce site des plus agréable et convivial que s'est tenu le dernier week-end d'août le festival Les Gourmandises alliant terroir et activités familiales. Non loin de là, Nogent-sur-Seine (Aube) peut se visiter. Son église vient tout juste d’être rénovée, et la ville propose une agréable balade le long de la Seine.

Plus d’infos : Ouvert tous les jours sauf le lundi, sur visites guidées. Tarif : 8 euros, gratuité sous conditions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
Mercredi 15 mai, à Janville-en-Beauce. En présence du président et du directeur général de Cristal Union, Olivier de Bohan et Xavier Astolfi (au c.), le président de la section Pithiviers-Toury, Olivier Duguet (à g.), a ouvert son assemblée générale par l'annonce d'un prix record pour les betteraves.
Betteraves : Cristal Union annonce un prix record
La section Pithiviers-Toury de la coopérative Cristal Union a tenu son assemblée générale annuelle le 15 mai à Janville-en-…
Vendredi 17 mai, à Dangeau. Le jeune éleveur Victor Forge (à g.) a expliqué les difficultés de désherbage de sa nouvelle parcelle de lavande, travail manuel requis.
Le comice de Dangeau est lancé
Quel lien y a-t-il entre une entreprise spécialisée dans la production de godets pour l'agricole et le BTP, les établissements…
D'anciennes variétés de blé de nouveau au goût du jour
Damien Foussereau, céréalier à Authon, a décidé de se lancer dans la meunerie et de cultiver des variétés de blé anciennes. Une…
Jeudi 6 juin, à Illiers-Combray. Le robot Orio de Naïo technologies désherbinant du maïs a été l'un des centres d'intérêt des adhérents de la Scael lors de cet Agricampus.
Un AgriCampus ensoleillé pour les adhérents de la Scael
Le groupe coopératif Scael a organisé son traditionnel Agricampus jeudi 6 juin, sur une plateforme à Illiers-Combray. Plus…
Publicité