Aller au contenu principal

Formation
La nouvelle Pac sous un flux tendu de questions

La 38e édition des Universités du soir de la Chambre est consacrée, le 3 octobre, à démêler le vrai du faux de la futur Pac.

Lundi 3 octobre, à Chartres. Presque toutes les questions au sujet de la nouvelle Pac ont trouvé leurs réponses lors des Universités du soir.
© H.C. - Horizons

Devant une salle Mathurin-­Régnier presque pleine, la chambre d'Agriculture tente de démêler le vrai du faux sur la nouvelle Pac lundi 3 octobre, dans le cadre de la 38e édition de ses Universités du soir.

Passer un broyeur

Sous la présidence d'Élodie Levacher, deux conseillères spécialisées de la Chambre, Maud Évrard et Carine Hardy, se relaient. D'abord pour poser les bases de cette nouvelle mouture de la Pac qui se met en place au 1er janvier prochain.

Pour y avoir accès, il faut en premier lieu être agriculteur actif, ce qui exclut ceux qui ont fait valoir leur droit à la retraite, et disposer d'au moins un DPB (Droit à paiement de base), rappelle Carine Hardy. Et l'une des nouveautés de cette mouture concerne l'activité d'entretien des parcelles, qui sera vérifiée par détection. « Aussi pour les jachères, pas d'enfrichement, passez un broyeur pour que ça ait l'air propre », conseille Maud Évrard.

De fait, pour mémoire, cette réforme de la Pac a été élaborée pour que les contrôles puissent se faire par le biais d'images satellitaires…

Toucher les aides de la Pac passe, comme avant, par le respect de bonnes conditions agricoles et environnementales ou BCAE. Elles sont au nombre de neuf, la 7 et la 8 sont plus particulièrement détaillées. Ensuite, les deux conseillères s'attaquent au dur de la réforme : les éco-régimes et leurs voies d'accès. Nous y avons consacré de nombreux articles mais elles apportent une précision au sujet des cultures de printemps dans le cadre de la voie d'accès par les pratiques agricoles. Ainsi, il a été tranché que ce serait la date de semis qui déterminerait si une culture est de printemps ou non. Et la date de semis à considérer n'est pas encore connue…

Répondre aux questions

Il est temps ensuite de répondre aux questions posées par les exploitants par le biais d'un formulaire sur Internet, puis à celles posées dans la salle.

L'occasion de préciser, par exemple, que les cultures de légumes secs sont éligibles à une aide couplée de 104 euros/hectare et que les mélanges ray-grass et trèfles sont primés à leur première année d'implantation (150 euros/hectare).

Pour savoir quels linéaires sont concernés par une bande tampon de la BCAE 4, une carte est consultable sur le site de la DDT pour les cours d'eau (https://urlz.fr/jnZ9). Sont visés également les fossés collecteurs de drainage à écoulement permanent.

Terres en jachère

Les questions sur les surfaces improductives sont nombreuses. À la question de savoir quelles cultures pouvaient être implantées dans le cadre de la dérogation jachère, il a été répondu tout sauf du maïs ou du soja, qu'il fallait déclarer la culture sur la parcelle et éventuellement cocher une case « dérogation Ukraine ».

Comment s'en affranchir ? Soit par la voie des pratiques et ne pas en avoir besoin, soit par la voie des certifications. Sur ce point, le président de la Chambre, Éric Thirouin, est intervenu : « Je sais qu'une minorité choisira cette voie, par allergie à la paperasse ou pensant ne pas pouvoir y arriver. Néanmoins, cela vous affranchit de toutes les contraintes et évite la non-productivité à laquelle je suis allergique. Si le HVE n'est pas accessible à tous, le CE2+ l'est, avec assez peu d'efforts ».

+ d'infos :

La Chambre propose son accompagnement pour faire les bons choix et optimiser ses aides Pac. Sans conseil, avec la calculette accessible via MesParcelles ou par le biais d'un conseil individuel ou collectif.
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité