Aller au contenu principal

La perle du Diamant

À quelques kilomètres de la pointe du Diamant (Martinique) se dresse un îlot rocheux, à la fois emblème de la ville et curiosité historique et naturelle.

Sud de la Martinique, 15 h 30. Les virages en épingle à cheveux se succèdent pendant des kilomètres sur la D37, entre Les Anses-d’Arlet et le village du Diamant. Touffeur et pénombre, verdure tropicale. Soudain la vue se dégage et l’oeil respire. Posé sur la mer des Caraïbes, le rocher du Diamant semble scintiller au soleil.

Ce roc basaltique de 172 mètres de haut est un ancien volcan né il y a presque un million d’années. Une érosion intense a ensuite façonné ses flancs abrupts, jalonnés d’éboulis que retiennent les racines des figuiers maudits.

Le Rocher a longtemps servi de lieu de recueillement aux marins pêcheurs. En 1671, des habitants y aperçurent une étrange créature – longs cheveux gris, torse d’homme, queue fourchue à la place des jambes – qu’ils surnommèrent «  l’homme marin  » mais qui pourrait n’avoir été qu’un phoque de la Jamaïque, une espèce aujourd’hui disparue.

La place stratégique de l’îlet lui a fait jouer un rôle majeur lors des guerres napoléoniennes. Début 1804, alors que la France et l’Angleterre bataillent pour le contrôle des Antilles, l’amiral anglais Samuel Hood s’empare du Rocher.

Une garnison d’une centaine d’hommes s’installe sur ce site inhospitalier, le fortifie, l’aménage et va pendant des mois harceler les navires français qui arrivent en Martinique via le canal de Saint-Lucie.

La flotte franco-espagnole reprendra le contrôle du Rocher le 2 juin 1805. Quelques pièces d’artillerie anglaises, toujours présentes sur l’îlot et visibles depuis le Diamant, témoignent de cet épisode.

Le Rocher est protégé depuis 2004. On n’y débarque plus, mais on peut l’approcher avec masque et tuba pour observer oursins-crayons, poissons-papillons, tortues vertes.

Il abrite plus d’un millier d’oiseaux marins, et serait le dernier refuge d’un reptile endémique de l’archipel  : la couresse de la Martinique.

Laure Sauvage

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Publicité