Aller au contenu principal

La pluie n'a pas détourné le public de la Fête du safran

La famille De Smet a organisé dimanche sa cinquième Fête du safran et, malgré le temps, les visiteurs ont fait le détour jusqu'à Broué.

En dépit d\'une météo plutôt maussade et du contexte sanitaire, les visiteurs n\'ont pas boudé la cinquième édition de la Fête du safran, organisée le 25 octobre par la famille De Smet sur leur ferme de Badonville à Broué.

Il est vrai que comme la fête coïncide avec la période de la récolte et du prélèvement des trois stigmates du Crocus sativus qui donnent l\'épice, à l\'automne, le temps est rarement de la partie.

« Nous avons eu du monde, surtout le matin, souligne Samuel De Smet. Les gens sont toujours curieux de découvrir la safranière. Je suis tout de même surpris de voir autant de monde malgré le contexte. Nous avons obtenu le feu vert de la préfecture il y a trois jours. C\'est un peu compliqué en ce moment ».

Quant à la récolte de safran, elle s\'est révélée plutôt généreuse cette année, en revanche, du fait de la fermeture des restaurants ou l\'annulation des marchés pendant une longue période, les ventes ont été moins bonnes que d\'habitude.

Cette fête est aussi l\'occasion d\'organiser un marché fermier. Il a réuni cette année vingt-sept producteurs euréliens.

Et la plupart se sont montrés satisfaits de leur journée : « Il y a toujours du monde ici. Et compte tenu du temps, beaucoup viennent surtout pour acheter, ils savent ce qu\'ils vont trouver », témoigne la productrice des excellentes confitures du Jardin des calotiers, Isabelle Collin.

Même son de cloche auprès d\'Adrien Pelletier, qui a vendu la quasi-totalité de son pain au levain paysan, ou de Laure Poirier qui n\'avait plus de fromages de chèvre frais à vendre à la tombée de la nuit.

Hervé Colin

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Publicité