Aller au contenu principal

La pollution des tracteurs a été divisée par 180 en vingt ans

Sous la pression européenne, les nouveaux tracteurs ont réduit par 180 leurs émissions par rapport à ceux d’il y a vingt ans.

Lamotte-Beuvron, le 29 mai. New Holland présente sa nouvelle gamme améliorée de T7.
Lamotte-Beuvron, le 29 mai. New Holland présente sa nouvelle gamme améliorée de T7.

A l’occasion du lancement de la nouvelle gamme de tracteurs T7 de New Holland, adaptée aux normes européennes Tier4b, on se rend compte que les émissions des nouveaux tracteurs sont 180 fois moins importantes que celle des tracteurs d’il y a vingt ans.

C’est le cas de cette nouvelle gamme qui, par rapport à la norme précédente Tier4a, divise par cinq la quantité émise de gaz NOx impliqués dans l’effet de serre.

La quantité de particules fines ne change pas mais le milieu du machinisme prévoit déjà qu’une nouvelle norme, même si elle n’est pas écrite pour l’instant, demandera encore des efforts supplémentaires après 2019-2020.

Pour ce faire, New Holland a choisi de faire appel aux réactions chimiques après la combustion moteur. C’est ce qu’on nomme la SCR (réduction catalytique sélective) qui transforme les NOx en azote et en eau grâce à un agent réducteur à base d’urée qu’on appelle en agriculture l’Adblue.

Cette technique n’est pas facile à maîtriser dans ses détails mais elle peut éviter les filtres à particules ou les technologies de recyclage des gaz de combustion. D’autres constructeurs arrivent aux mêmes résultats avec d’autres choix.

Les ingénieurs ont installé d’abord un volet qui freine les gaz d’échappement pour les réchauffer, durant les démarrages ou durant les travaux à fortes puissances, et limiter le temps sans dépollution. Ensuite, l’oxygène résiduel de la combustion passe dans des alvéoles de séparation et reçoit une injection d’Adblue à la bonne température.

Cette technique améliore la réaction chimique dans le catalyseur juste avant la sortie d’échappement. De l’aveu même du constructeur, son défi est, bien sûr, de répondre aux normes mais aussi de maintenir les gains de performances acquis avec le passage de la norme Tier3 à la Tier4a.

Il y est arrivé, au moins sur le papier et à la prise en main, mais il n’annonce qu’un gain de un à deux pourcents sur le coût d’utilisation global du tracteur.

Les plus lus

Joffrey Mulon.
Joffrey Mulon, compagnon du goût
Joffrey Mulon est artisan boucher-charcutier-traiteur à Sully-sur-Loire (Loiret). Sélectionné parmi les meilleurs artisans de…
Temps de pauses
Avec son projet photographique Identité paysanne, l’artiste Pauline Weber pose un regard touchant sur son père et l’attachement…
La vente du domaine de Grignon est reportée au 31 décembre.
Grignon : coup d'arrêt pour la vente du domaine
L'État a reporté la signature du compromis de vente du domaine au 31 décembre.
Les bottes de haricots sont pleines.
150 tonnes de haricots refusées à cause du datura
Emmanuel Calers, installé à Souvigny-en-Sologne, s'est vu refuser la totalité de sa production de haricots en raison de présence…
À 28 ans, Pierre Carvalho lance l'application Lioca pour promouvoir le « mieux manger ».
Lioca : une plateforme de vente pour valoriser le local
Début septembre, Pierre Carvalho a lancé la plateforme Lioca afin de proposer aux Orléanais des produits locaux et, pour la…
Le 27 septembre à Pussay (Essonne). Valérie Lacroute a débuté sa journée de visite chez le Jeune agriculteur Victor Rabier dans son exploitation de grandes cultures.
Valérie Lacroute sur les terres ouest franciliennes
La nouvelle vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Valérie Lacroute, a effectué une première…
Publicité