Aller au contenu principal

La préfecture de Loir-et-Cher en alerte sur le sujet de l’eau

Le préfet François Pesneau est revenu sur des sujets d’actualité, comme la sécheresse ou les retenues collinaires, lors d’une conférence de presse, le 7 septembre.

À l’occasion de la rentrée, le préfet de Loir-et-Cher, François Pesneau, avait convié la presse mercredi 7 septembre pour évoquer les sujets d’actualité du territoire.

Le premier sujet abordé concerne la sécheresse record de l'été. « Les épisodes de pluie ont été disparates et faibles dans la région avec surtout un manque de pluie de printemps », détaille le préfet. Face à cette situation difficile, des mesures ont été prises par la préfecture, notamment le nouvel arrêté-cadre qui « avait pour but d’anticiper la situation de sécheresse et les mesures à prendre ».

Anticiper la sécheresse

Concernant la sécheresse, la situation « ne s’est pas grandement améliorée, mais nous écouterons avec attention les professionnels comme le monde agricole ou encore la fédération de pêche », souligne le préfet qui poursuit avec une pointe d’ironie : « Même si je peux prendre des mesures pour anticiper, je tiens à rappeler à chacun que le préfet n’a pas le pouvoir de faire pleuvoir ».

Malgré la forte sécheresse qu’a subie le département, le préfet se réjouit que le territoire ait « été épargné par les feux de forêt grâce une très bonne maîtrise dès le départ ». Face à une question concernant l’engrillagement de la Sologne et le risque que cela représente en cas de feu de forêt, le préfet est clair : « En termes d’intervention, l’engrillagement ne cause aucun ralentissement ou de complication particulière pour les secours ».

Un projet de retenue collinaire

Après une question de l’assemblée sur le sujet, le préfet fait un point sur les retenues collinaires : « Depuis que je suis préfet, donc depuis dix-neuf mois, nous avons eu une proposition d’un projet de retenue collinaire pour lequel nous avons donné un avis favorable. Je rappelle que la préfecture est un accompagnateur et en aucun cas nous ne pouvons proposer un projet de retenue collinaire ». Actuellement, en Loir-et-Cher, il existe un projet de retenue collinaire au nord du département avec un volume de 54 000 m³.

Le représentant de l’État stipule qu’il est en faveur des retenues « lorsqu’elles servent pour sécuriser les exploitations agricoles en cas de manque d’eau et non pas pour du sur-rendement ».

« Faire évoluer les pratiques »

Le préfet insiste sur l’importance « de trouver des solutions pour faire évoluer les pratiques, avec d'ici dix à quinze ans une évolution des assolements ». D’ailleurs, la préfecture de Loir-et-Cher travaille conjointement avec la chambre d’Agriculture du département pour favoriser à l’avenir l’installation des jeunes « avec des pratiques de maintenant dont les retenues collinaires font partie car elles sont du bon sens », précise François Pesneau.

En dehors des thèmes agricoles, le préfet dresse un bilan sur divers sujets tels que la santé, l’accueil aux réfugiés ukrainiens, la hausse de l’énergie ou encore la lutte contre les rodéos urbains.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Familles de paysans, 100 ans d'histoire
Diffusé lundi 27 novembre à 21 h 10 sur M6, le documentaire coproduit et présenté par Karine Le Marchand « Familles de paysans,…
Fermage et taxe foncière 2023 : quels calculs ?
Rappel et précisions concernant le calcul de la taxe foncière dans le cadre des fermages.
Justine Champion s’est installée sur 19 hectares et a pour projet de mettre en place des clôtures pour faire pâturer ses chèvres l’année prochaine.
De salariée à jeune installée hors cadre familial
Avoir été salariée d’élevage pendant plusieurs années est un bon moyen d’acquérir de l’expérience avant de s’installer hors cadre…
Les semis d'automne sont rendus difficiles par une météo très pluvieuse. Pour la plupart, le labour est incontournable.
Récoltes, semis, traitements : la pluie et le vent rendent la tâche compliquée
Entre pluie et vent, les conditions de travail sont parfois difficiles en plaine. Tour d'horizon de la situation, secteur par…
Étienne Accault (à g.) et Mickaël Berthault (à d.) ont opté pour la location d’une moissonneuse-batteuse en commun.
​​​​​​​« Partager les coûts et l’expérience avec la location en commun »
La hausse du prix du matériel agricole amène certains agriculteurs à réfléchir à de nouveaux modes de fonctionnement avant d’…
Opération NADA vendredi 24 novembre
À l'appel de la FNSEA, la FDSEA et les JA Île-de-France se mobiliseront vendredi 24 novembre.
Publicité