Aller au contenu principal

La préfète sur le terrain de la moisson

Alors que la moisson battait son plein, la préfète de Seine-et-Marne, Béatrice Abollivier, s’est rendu à Saint-Germain-Laxis le 11 juillet, pour échanger avec la profession agricole.

La préfète de Seine-et-Marne, Béatrice Abollivier, s’est rendue sur l’exploitation de Jean-Pierre Jacquelot à Saint-Germain-Laxis, la SCEA de Pouilly Gallerand.

D’une surface de 215 hectares, cette structure présente un parcellaire unifié qui doit s’adapter à une réglementation environnementale forte qui évolue rapidement, un cours d’eau traversant l’exploitation.

Depuis trente ans, l’exploitant travaille en commun avec un voisin, Antoine Boullenger, qui exploite 74 hectares. Cette organisation leur permet d’avoir du matériel de pointe en commun. Et pour la moisson, un troisième exploitant, Vianney Delporte, les rejoint. 

Cette visite de terrain s’est déroulée le mercredi 11 juillet, alors que la moisson battait son plein.

« La qualité s’annonce hétérogène et les rendements dans une moyenne basse. En effet, les excès de pluviométrie ont impacté les cultures. Cette récolte sera donc insuffisante pour les exploitations en difficulté et qui ont peu de réserves. De plus les investissements ont été allégés depuis 2014-2015, mais il va falloir les relancer ».

Tel est le tableau dressé par le président de la FDSEA 77, Cyrille Milard, aux côtés de son homologue des JA 77, Arthur Courtier.

Cette rencontre a également été l’occasion d’aborder la problématique des stocks de reports dans les silos, qui contraignent les coopératives à stocker la récolte 2018 en extérieur.

Intempéries, travaux, chômage du canal nord Europe ont réduit les expéditions fluviales à néant ces derniers mois. Dans certains secteurs, la pression du Grand Paris sur les transporteurs routiers et les grèves SNCF ont contribué à aggraver la situation. Les expéditions ont été reportées sur le transport routier, où une tension forme des surcoûts évalués à 7 euros/tonne. 

Quant à l’absence de péniche, elle engendre des surcoûts importants : de 8 euros/tonne pour 1000 tonnes de Montereau à Rouen, on est passé à 13 euros/tonne. Les difficultés à trouver de la main-d’œuvre qualifiée et motivée ont longuement été abordées, ainsi que celles rencontrées par les maitres d’apprentissage.

« De plus, les salariés doivent être rémunérés correctement et le producteur gagner sa vie », ajoute le président de la FDSPL 77, Jean-Claude Pette, qui se voit imposer une nouvelle norme dans le cadre des Etats généraux de l’alimentation :  « Tous les producteurs sous signes de qualité – cas des AOP seine-et-marnaises - vont devoir qualifier leur exploitation au niveau 3 de HVE (haute valeur environnementale). Si je dois y passer, sans compensation, j’arrête l’élevage », a lancé le producteur de lait.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Publicité