Aller au contenu principal

« La pression des consommateurs est toujours plus contraignante »

Polyculteur-éleveur à Nesles-la-Vallée (Val-d'Oise), Éric Chevallier est président du Syndicat des producteurs de lait Île-de-France ouest et Val-d'Oise et vice-président de l'Union des producteurs de lait du bassin parisien (UPLBP).

«  En région, nous avançons sur deux thématiques principales  : le prix producteur payé par ­Lactalis, et la Charte des bonnes pratiques d\'élevage sur laquelle nous devons apporter des modifications durant l\'hiver.

Dans le Val-d\'Oise, notre principal collecteur laitier est Lactalis. Regroupés sous la bannière de l\'UPLBP, nous adhérons à l\'Unell (Union nationale des éleveurs livrant Lactalis). Actuellement l\'Unell finalise avec Lactalis un accord-cadre qui concrétise les principes de la loi Égalim selon laquelle la fixation du prix du lait doit permettre de créer de la valeur et de responsabiliser les différents acteurs de la filière.

La formule de prix porte sur les produits de grande consommation (PGC) sur le marché intérieur qui intègre désormais 50  % de nos coûts de production, les 50  % restants étant des indicateurs de marché. Nous nous en félicitons d\'autant que ce n\'est pas le cas dans la formule de prix PGC des autres transformateurs laitiers.

Le prix que nous touchons en octobre tient compte de cette formule de prix.

Par ailleurs, les grandes enseignes se font toujours plus pressantes pour répondre aux attentes des consommateurs. Elles demandent donc à Lactalis que nous, éleveurs, revoyons une quinzaine de points de la Charte des bonnes pratiques que nous avons créée en 1999 et qui ne cesse depuis d\'être précisée, notamment sur le volet bien-être animal.

Ces points de révision portent aujourd\'hui là encore sur le bien-être animal. Il va sans dire que ça grince dans nos exploitations car on nous en demande toujours plus. C\'est encore des démarches administratives à mettre en place et du temps perdu au bureau et pas sur le terrain.

Et puis, dernière découvenue, avec la sécheresse que nous venons de connaître, nous avons dû ensiler 30  % de plus de maïs, ce qui bien évidemment a un impact financier sur nos trésoreries  ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Publicité