Aller au contenu principal

À la recherche d'un consensus autour de l'eau

Le 27 mars à Chartres, le préfet, Françoise Souliman, et ses sous-préfets ont restitué les conclusions des États généraux de l'eau initiés en novembre en Eure-et-Loir.

Lundi 27 mars, à Chartres. Françoise Souliman, préfet d'Eure-et-Loir, a restitué pour la presse les conclusions de ses États généraux de l'eau.
Lundi 27 mars, à Chartres. Françoise Souliman, préfet d'Eure-et-Loir, a restitué pour la presse les conclusions de ses États généraux de l'eau.
© H.C. - Horizons

Françoise Souliman, préfet d'Eure-et-Loir, aux côtés de ses sous-préfets, organise un rendez-vous avec la presse le 27 mars à Chartres, pour restituer les travaux des États généraux de l'eau lancés en novembre dernier.

Situation difficile

Ceux-ci se sont déroulés autour de quatre ateliers sur les thématiques du développement territorial, de l'agriculture, de l'industrie et de la communication vers le grand public. Ils ont été coordonnés par les sous-préfets d'arrondissement et ouverts aux collectivités territoriales, au réseau consulaire, aux entreprises, au monde associatif, à l'Éducation nationale et aux Agences de l'eau. Plus de 300 personnes ont participé à six rencontres.

« Nous sommes devant une situation difficile, lance le préfet en préambule. Nous avons moins de pluie que l'an passé et des nappes qui ne se sont pas assez rechargées. Aujourd'hui, nous pourrions déjà avoir trois zones en alerte renforcée sur les seize du département. Aussi, ces États généraux ont un double objectif, que chacun prenne en compte ses usages et retravailler l'arrêté-cadre sécheresse. Il ne s'agit pas de jouer les uns contre les autres mais au contraire travailler ensemble à une consommation maîtrisée de l'eau. Rien ne serait plus désastreux que de faire porter la faute sur les agriculteurs, sur les industriels ou sur les usagers ».

Simplifier

L'intention de la préfecture est donc de simplifier l'arrêté-cadre et de mieux communiquer : « Nous nous sommes rendus compte que les mesures de restriction n'étaient pas toujours bien comprises, constate Françoise Souliman. Nous allons faire des visuels beaucoup plus simples, permettant aux collectivités locales et aux usagers de comprendre la portée de ces arrêtés sécheresse. Que chacun comprenne qu'il est un acteur majeur de la maîtrise de la consommation de l'eau ».

Ensuite, les sous-préfets Xavier Luquet et Hervé Demay prennent la parole à tour de rôle pour détailler le contenu de chaque atelier. Ainsi, sur le volet agricole, deux réunions ont été organisées, en Beauce et dans le nord du département. Xavier Luquet rappelle d'abord que l'agriculture consomme environ la moitié de l'eau prélevée. « Ces discussions ont permis d'acter un diagnostic, la diminution tendancielle de la ressource, et de mettre en exergue un outil de gestion, géré par la profession agricole, qui permet aux irrigants en Beauce de savoir de quels volumes ils peuvent disposer. L'idée serait de dupliquer cette méthode pour la nappe de la Craie, une étude est en cours », explique-t-il.

Des acteurs conscients

« Nous avons essayé aussi de tracer des pistes pour un futur plus ou moins proche, continue-t-il. La profession réfléchit déjà, et on l'y encourage, aux types de cultures à mettre en place et sur l'efficience, pour que la même quantité d'eau soit utilisée de manière plus efficace. Au cours de ces deux réunions, nous avons bien vu que les acteurs étaient conscients de la situation et étaient dans une démarche de trouver des règles communes ».

Consultation

Le projet d'arrêté définissant le cadre des mesures de limitation des usages de l'eau en période de sécheresse relatif aux eaux superficielles est en consultation publique jusqu'au 18 avril sur le site Internet de la préfecture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
Mercredi 15 mai, à Janville-en-Beauce. En présence du président et du directeur général de Cristal Union, Olivier de Bohan et Xavier Astolfi (au c.), le président de la section Pithiviers-Toury, Olivier Duguet (à g.), a ouvert son assemblée générale par l'annonce d'un prix record pour les betteraves.
Betteraves : Cristal Union annonce un prix record
La section Pithiviers-Toury de la coopérative Cristal Union a tenu son assemblée générale annuelle le 15 mai à Janville-en-…
Vendredi 17 mai, à Dangeau. Le jeune éleveur Victor Forge (à g.) a expliqué les difficultés de désherbage de sa nouvelle parcelle de lavande, travail manuel requis.
Le comice de Dangeau est lancé
Quel lien y a-t-il entre une entreprise spécialisée dans la production de godets pour l'agricole et le BTP, les établissements…
D'anciennes variétés de blé de nouveau au goût du jour
Damien Foussereau, céréalier à Authon, a décidé de se lancer dans la meunerie et de cultiver des variétés de blé anciennes. Une…
Jeudi 6 juin, à Illiers-Combray. Le robot Orio de Naïo technologies désherbinant du maïs a été l'un des centres d'intérêt des adhérents de la Scael lors de cet Agricampus.
Un AgriCampus ensoleillé pour les adhérents de la Scael
Le groupe coopératif Scael a organisé son traditionnel Agricampus jeudi 6 juin, sur une plateforme à Illiers-Combray. Plus…
Publicité