Aller au contenu principal

La restauration collective à la rencontre des producteurs

L’entreprise de restauration collective, Api, souhaite élargir la liste de ses fournisseurs de proximité. Pour cela, un partenariat a été passé avec la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher.

Le 18 avril, une quarantaine d’agriculteurs (éleveurs, céréaliers, viticulteurs, maraîchers…) a répondu à l’invitation de la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher.

L’objectif : mettre en lien les producteurs et l’entreprise de restauration collective, Api restauration.

« Api gère les cuisines de la Maison de l’agriculture depuis mars. Cette entreprise se fournit déjà auprès de certains producteurs locaux donc nous avions envie de développer un partenariat afin d’approfondir cette démarche », explique Philippe Noyau, président de la chambre d’Agriculture.

En région Centre Val-de-Loire, l’entreprise travaille avec quarante-cinq partenaires locaux comme la laiterie de Montoire, un groupement de producteurs de pommes de terre à Droué, l’abattoir de Châteauroux (Indre)…

Avec cette rencontre, Api souhaitait élargir la liste de ses fournisseurs de proximité en Loir-et-Cher - département où est installé son siège social – et les producteurs ont pu se présenter, s’interroger sur le fonctionnement d’Api restauration (prix, volumes…) et rencontrer plusieurs chefs de cuisine de différents sites (Ehpad, chambre d’Agriculture, écoles...).

Dans le département, sept mille repas par jour sortent de la cuisine centrale, à La Chaussée-Saint-Victor, et environ trois mille directement auprès des clients. Il y a donc de la place pour tout le monde.

« C’est un moyen pour les agriculteurs de trouver une alternative sur une offre plus organisée et plus conséquente en termes de volume », explique Alice Tissier, directrice de la chambre d’Agriculture.

Un moyen, aussi, de se faire connaître auprès des consommateurs au travers des sites de restauration collective.

Pour en savoir plus : 02.54.55.20.00.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité