Aller au contenu principal

La ruralité, cheval de bataille de Lamotte-Beuvron pour 2024

La commune de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher) espère accueillir les épreuves d’équitation lors des Jeux olympiques de 2024.

Mardi dernier, Serge Lecomte, président de la Fédération française d’Équitation (FFE), a accueilli Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, Nicolas Perruchot, président du Département, et Pascal Bioulac, vice-président du Département en charge de l’agriculture et maire de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher), au Parc équestre fédéral de ladite commune.

Situation économique des établissements équestres, liens avec l’agriculture, dynamiques de territoires et perspectives olympiques 2024 ont alimenté les échanges. 

Nicolas Perruchot a ouvert la discussion : « Organiser les épreuves d’équitation à Lamotte-Beuvron lors des Jeux olympiques (JO) de 2024 nous tient à cœur. Cela valoriserait trente-cinq années d’investissements des collectivités locales. La FFE a parfaitement géré le site. Celui-ci accueille des milliers de visiteurs chaque année. Tout est en place pour réussir une compétition planétaire. Par ailleurs, la ruralité doit être présente aux JO. Prévoir des épreuves équestres à Versailles (Yvelines) serait une hérésie économique et écologique. » 

Serge Lecomte a emboîté le pas au président du Département : « L’équitation représente une passerelle entre l’agriculture et le sport. L’exigence et le dépassement de soi sont des valeurs partagées par toutes les filières agricoles... L’équitation contribue à la dynamique des territoires et doit être soutenue dans le cadre des politiques européennes. L’agriculture fait partie de notre culture. Organiser les épreuves d’équitation à Versailles en 2024 entrerait en contradiction avec la sobriété économique. Le monde rural apporte une solution de bon sens. Les territoires ruraux doivent profiter des JO. »

Pascal Bioulac fut le troisième intervenant : « Le Parc équestre est l’un des deux plus importants centres équestres mondiaux en termes de retombées économiques. La Sologne a la faculté de s’adapter à des rendez-vous hors norme, à l’image du Generali open de France. Les parcs équestres sont des exploitations agricoles et accueillir les JO braquerait les caméras sur les territoires ruraux. »

S’il n’a pas nié que le site avait « besoin de monter en gamme », l’élu a pourfendu « les bien-pensants de l’équitation internationale qui préfèrent les châteaux et le caviar ».

Christiane Lambert s’est exprimée en ces termes : « La FNSEA est attachée à la filière équine. Lors du confinement, la famille du cheval a vécu des moments difficiles. Nous avons accompagné les centres équestres. Le public revient. L’équitation est une activité économique pour nos territoires ».

Se revendiquant « militante de la ruralité », la présidente de la FNSEA a appelé à « une ruralité décomplexée » et a émis le souhait que la Politique agricole commune 2021-2027 reconnaisse les éleveurs équins : « La filière a été précurseur du bien-être animal ».

La dirigeante syndicale a également évoqué la TVA applicable au secteur : « Nous sommes en négociation avec Bercy et l’Union européenne. L’objectif est d’aboutir à une harmonisation. »
Sans ambiguïté elle a conclut ses propos : « Notre pays y gagnerait à ne pas tout centrer sur Paris et à donner un peu de lumière aux territoires ruraux ».

Organiser les épreuves d’équitation à Lamotte-Beuvron lors des JO de 2024 coûterait 12 millions d’euros, contre 27 millions d’euros à Versailles pour des installations qui disparaîtraient à l’issue des épreuves. Le comité d’organisation des JO de 2024 devrait rendre sa décision à la fin de l’année.

Olivier Joly

Photo : Le 6 octobre au Parc équestre fédéral de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher). De g. à d. : Pascal Bioulac, Nicolas Perruchot, Christiane Lambert et Serge Lecomte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité