Aller au contenu principal

Édito
Pierre Marcille : « La Safer de l’Île-de-France à l’écoute de son territoire et au service de ses partenaires »

Agriculteur à Vert-le-Grand (Essonne), Pierre Marcille est président de la Safer Île-de-France.

« Tous les six ans, le ministère de l’Agriculture demande à chacune des seize Safer de métropole et d’outre-mer d’élaborer un Programme pluriannuel d’activité (PPAS). Il s’agit d’un document prospectif et stratégique dans lequel elles déclinent leurs missions en fonction des besoins de leur territoire. Ce cinquième PPAS couvrira la période 2022-2028.

En Île-de-France, le conseil d’administration de la Safer a souhaité qu’une très large concertation préalable soit engagée auprès de tous nos partenaires. Une cinquantaine d'entre eux ont été rencontrés au cours des sept derniers mois : organisations professionnelles agricoles, collectivités territoriales, services déconcentrés de l’État, fédération des chasseurs, acteurs de la protection de l’environnement et de l’aménagement du territoire…

À partir des attentes exprimées lors de ces entretiens, nous avons identifié des axes prioritaires d’intervention, au premier rang desquels un soutien renforcé et déterminé à l’installation d’agriculteurs.

En effet, les résultats du recensement de l’agriculture, réalisé en 2020, appellent une mobilisation de tous en faveur du renouvellement des générations d’agriculteurs, puisque 600 exploitations ont disparu au cours des dix dernières années.

Aux côtés de la chambre d’Agriculture, du syndicalisme ''jeunes'' et ''aînés'', la Safer veut orienter davantage de foncier en faveur de l’installation, dès lors que les candidats sont porteurs de projets crédibles techniquement, économiquement et financièrement.

Les outils d’aide à l’installation existent. Nous devons mieux les mobiliser, peut-être aussi en imaginer d’autres…

Notre deuxième axe d’intervention sera, encore et toujours, la défense, la protection des espaces agricoles, forestiers et naturels contre toute forme de consommation et d’artificialisation, avec le soutien de l’État et de la Région Île-de-France dans le cadre du Contrat de plan, et les communes avec lesquelles nous avons passé des conventions de surveillance (700) depuis plus de vingt ans. Certes, le rythme de diminution de la SAU régionale s’est ralenti au cours de la décennie précédente (590 hectares consommés par an entre 2012 et 2017, contre 1 500 hectares précédemment), mais il a tendance à repartir à la hausse ces dernières années.

Enfin, nous avons décidé de participer à la redynamisation de la filière bois francilienne en partenariat avec Fransylva, qui représente les propriétaires forestiers, et le CRPF Île-de-France-Centre-Val de Loire. L’une des faiblesses de la forêt privée, qui occupe 23 % du territoire régional, est son grand morcellement. C’est contre cela que la Safer entend lutter en favorisant le regroupement parcellaire d’îlots boisés, pour leur donner une taille qui permette leur exploitation.

Voilà donc une feuille de route dont l’ambition est avant tout de placer la Safer au service du volet foncier des politiques publiques qui impactent le territoire rural et périurbain de la région capitale. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité