Aller au contenu principal

Magazine
La Sainte-Chapelle, écrin des reliques

La Sainte-Chapelle a été voulue par le roi Saint Louis pour abriter les différentes reliques qu’il a rassemblées. Fraîchement rénovée, c’est aujourd’hui encore une prouesse architecturale.

Un reliquaire géant trône en plein cœur du Palais de Justice de Paris depuis le XIIIe siècle. La Sainte-Chapelle, édifiée par Louis IX, futur Saint Louis, a été pensée pour abriter les nombreuses reliques liées à Jésus-Christ qu’il avait pu acquérir dans le monde chrétien. Parmi elles, un morceau de la Sainte Croix sur laquelle Jésus aurait été crucifié, ou encore des morceaux de la couronne d’épines. À cela s’ajoutent des reliques liées à la Vierge Marie et d’autres dites de la Passion.

Si le trésor a été dilapidé au fil des siècles par les différents rois, afin de remplir les caisses de l’État, ce qui restait a été dispersé à la Révolution. Sous le Premier Empire, le trésor a été reconstitué et rendu à l’État, qui l’a déplacé. De 1804 à 2019, le trésor de la Sainte-Chapelle a été conservé à la cathédrale Notre-Dame de Paris, avant d’être placé, après l’incendie de cette dernière, dans les réserves du Louvre.

Si aujourd’hui la Sainte-Chapelle n’abrite plus de reliques sacrées, elle conserve un intérêt architectural et historique très fort. La salle haute est presque totalement vitrée : quinze verrières hautes de quinze mètres éblouissent le visiteur. Sur ces vitraux, ce sont pas moins de 1 113 scènes qui sont racontées, de la Bible jusqu’à l’arrivée des reliques en plein cœur de l’ancien palais des rois de France.

Le bâtiment est également un exploit technique pour l’époque. Construite en seulement sept ans, la Sainte-Chapelle mesure près de 43 mètres de haut. Sa flèche, recréée au milieu du XIXe siècle, la fait culminer à presque 76 mètres. Une prouesse : l’élévation de la salle haute, qui ne comporte pratiquement pas de piliers, la totalité de la façade étant vitrée, supporte une voûte haute de vingt mètres.

L’intérieur présente aussi une polychromie très forte, qui a été conservée lors des différentes restaurations, représentative de l’art médiéval. À cette époque, de nombreux édifices religieux étaient effectivement peints, malgré les représentations actuelles.

Ouvert de 9 heures à 19 heures d’avril à septembre, de 9 heures à 17 heures le reste de l’année.
Tarif : 11,50 euros, gratuité sur conditions.
Lieu : 8 boulevard du Palais à Paris. Appartient au réseau du Centre des monuments nationaux.
Plus d’infos sur www.sainte-chapelle.fr.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité